/news/politics
Navigation

3e lien: Legault ne veut pas d’étude environnementale fédérale

Steven Guilbeault va gaspiller l’argent des contribuables, affirme le chef caquiste

Coup d'oeil sur cet article

Le nouveau ministre fédéral de l’Environnement, Steven Guilbeault, va gaspiller des fonds publics inutilement en effectuant sa propre étude d’impact sur le troisième lien, déplore le premier ministre François Legault.

• À lire aussi: Le ministre Bonnardel «tanné» des mensonges sur le 3e lien

• À lire aussi: Les coûts explosent déjà: 600 millions $ de plus pour se payer un tramway

Lors d’un point de presse, vendredi, le nouveau ministre de l’Environnement du gouvernement Trudeau a annoncé qu’il y aura une analyse environnementale fédérale pour le projet de troisième lien, même si Québec s’y oppose.

« C’est un projet qui traverse l’un des plus grands cours d’eau au pays, alors c’est clair qu’il va y avoir une évaluation d’impact fédérale sur ce projet-là », a soutenu le ministre Guilbeault, avant de mettre le cap sur Glasgow, en Écosse, pour participer à la COP26.

Photo AFP

Le premier ministre du Québec n’a pas tardé à réagir. « Une de nos demandes, c’est que le gouvernement fédéral ne dédouble pas les études environnementales », a rappelé François Legault. Et cela vaut notamment pour le projet de troisième lien entre Québec et Lévis, dont les coûts sont estimés entre 6 et 10 milliards $.

L’argent des contribuables

Même si l’environnement est une compétence partagée entre Ottawa et les provinces, il ne croit pas qu’une évaluation fédérale est nécessaire. « Je pense que le Québec fait des bonnes études environnementales, donc je ne vois pas pourquoi il faudrait dédoubler le travail », a dit M. Legault.

Le chef caquiste en a profité pour répéter « que le gouvernement Trudeau est très centralisateur ». « C’est l’équipe de M. Trudeau qui semble vouloir continuer à faire du dédoublement, ce qui gaspille l’argent des contribuables », a-t-il déploré.

Un peu plus tôt, le ministre québécois de l’Environnement, Benoit Charette, a indiqué que ce n’est « certainement pas » le rôle du gouvernement fédéral d’y aller avec sa propre étude. Cela serait « contre-productif » et « contre-intuitif », puisque le Bureau d’audience publique sur l’environnement (BAPE) doit déjà se pencher sur le dossier.

Les députés conservateurs Gérard Deltell et Pierre Paul-Hus ont aussi dénoncé ce qu’ils considèrent comme un autre exemple « d’ingérence » de la part du gouvernement Trudeau. 

« C’est l’équipe de M. Trudeau qui semble vouloir continuer à faire du dédoublement, ce qui gaspille l’argent des contribuables », a déploré le premier ministre Legault, en marge d’une tournée sur la Côte-du-Sud, vendredi. On le voit ici avec des jeunes à Montmagny.
CAPTURE D’ÉCRAN TVA NOUVELLES
« C’est l’équipe de M. Trudeau qui semble vouloir continuer à faire du dédoublement, ce qui gaspille l’argent des contribuables », a déploré le premier ministre Legault, en marge d’une tournée sur la Côte-du-Sud, vendredi. On le voit ici avec des jeunes à Montmagny.

Blocage en vue à Ottawa ?

Quoi qu’en dise l’éventuelle évaluation environnementale, « les chances qu’Ottawa tente de bloquer le projet sont très faibles et ses chances de succès le sont encore plus », selon l’expert en droit constitutionnel Patrick Taillon.

Mais « il y a tout de même des chances, surtout si le troisième lien affecte des “poissons” », signale le professeur à l’Université Laval.

Sur le plan politique, les avis obtenus par le fédéral pourraient avoir « une incidence importante sur l’opinion », croit M. Taillon.

– Avec Vincent Larin et Stéphanie Martin

Ce qu'ils ont dit      

«Le premier geste du ministre Guilbeault [en tant que ministre fédéral de l’Environnement] est une confrontation directe avec le Québec.» 

- Gérard Deltell, député du Parti conservateur du Canada


«Il revient à Québec d’aller chercher l’acceptabilité sociale de son projet, de mener les consultations et de faire les évaluations environnementales. Le rôle du fédéral est d’octroyer le financement nécessaire à la réalisation des projets d’infrastructures dûment autorisés et choisis par Québec.»

- Mario Simard, porte-parole du Bloc Québécois en matière d’Affaires intergouvernementales


«Il ne faut pas dédoubler les évaluations environnementales. [...] Au Québec, clairement, on a les évaluations environnementales les plus complètes. Dans le cas du 3e lien, on va couvrir tous les aspects de ces impacts environnementaux.» 

- Benoit Charette, ministre québécois de l'Environnement


«C'est tout à fait responsable. C'est une bonne position. C'est un projet majeur et qui, au niveau environnemental, soulève beaucoup de questions. Je pense que c'est une très bonne idée que M. Guilbeault ait avancé son idée d'aller plus loin.» 

- Marie-Josée Savard, candidate à la mairie de Québec

À voir aussi...          

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.