/news/currentevents
Navigation

Une victoire pour la liberté d’expression, affirme l’avocat de Mike Ward

Coup d'oeil sur cet article

Après des années de processus judiciaire, la saga Mike Ward-Jérémy Gabriel a pris fin vendredi alors que la Cour suprême du Canada a tranché en faveur de l’humoriste, à cinq voix contre quatre. 

• À lire aussi: Mike Ward a gagné la dernière manche contre Jérémy Gabriel

• À lire aussi: «C'est possible de s’en sortir, et de s’en sortir encore plus fort!» – Jérémy Gabriel

• À lire aussi: Le risque d’une liberté d’expression sans limites

En entrevue à LCN, l’avocat de Mike Ward, Me Julius Grey, a refusé de parler d’une courte victoire, mais admet qu’il faut prendre ce résultat avec humilité.

Mike Ward affirme qu’il ne se moquait pas de Jérémy Gabriel en raison de son handicap, mais plutôt en raison de l’utilisation du handicap.

«Je pense que, quand une cour décide à cinq contre quatre, il faut lire les deux jugements avec respect», a déclaré Julius Grey.

Néanmoins, l’avocat spécialisé en droits de la personne estime que le jugement de la Cour suprême constitue une victoire pour l’ensemble de la société canadienne.

«Je pense qu’il est manifestement mieux pour le Canada d’avoir ce jugement majoritaire et de donner un sens large à la liberté d’expression», clame-t-il.

Ce dernier soutient que le jugement fait aussi en sorte de préciser les notions de discrimination et de dignité, ce qui devrait permettre de mieux les faire valoir.

«La Cour a dit très clairement que le sens subjectif d’avoir été humilié ou insulté ne suffit pas», indique Me Julius Grey.

«La simple notion d’un handicap n’est pas discriminatoire», ajoute-t-il.