/lifestyle/family
Navigation

Animaux enragés : pas seulement pour faire peur à l’Halloween

Red glowing eyed scary beast
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

On aime toujours se faire de petites peurs à l’Halloween. J’ai décidé de vous parler de la rage. Plutôt que de raconter l’histoire fictive de Cujo, un chien atteint de la rage, écrite par Stephen King, je préfère vous raconter des faits réels qui se passent ici, au Québec.  

La rage est une maladie contagieuse et mortelle, causée par un virus qui s’attaque au système nerveux. Elle peut affecter tous les mammifères, incluant les humains et les animaux de compagnie. 

La rage est transmise par la salive d’un animal infecté, généralement lors d’une morsure ou lors d’un contact entre salive et muqueuses (yeux, bouche, nez, etc.). La rage est une maladie mortelle, qu’on se le dise ! Dès lors où les symptômes apparaissent, la mort est inévitable. 

Au Québec, ratons laveurs, moufettes rayées, renards et chauves-souris sont plus à risque de transmettre la rage. 

L’année 2021 n’est pas encore terminée et l’Agence canadienne d’inspection des aliments recense déjà 76 cas d’animaux atteints de rage au Canada, dont neuf au Québec (un chien, deux renards, six chauves-souris). 

Les animaux « enragés » démontrent des changements de comportements variés comme une irritabilité ou une agressivité inhabituelle, de la désorientation, une absence de peur, une paralysie, etc.

Chauves-souris enragées et décès

En Amérique du Nord, la chauve-souris est le plus souvent impliquée dans la transmission de la rage chez l’humain. C’est d’ailleurs elle qui a causé le plus de décès humains au cours des dernières décennies. Le dernier cas de rage humaine recensé au Québec remonte à octobre 2000. Un garçon de 10 ans est malheureusement décédé après avoir été mordu par une chauve-souris une nuit, dans sa maison des Laurentides. La morsure ou les griffures de la chauve-souris sont souvent indétectables, car les dents et griffes sont petites et fines. 

Même en ville, il est possible de croiser un animal enragé. Une chauve-souris trouvée le 10 septembre 2010 au coin de Sherbrooke Ouest et de McGill College était porteuse de la rage. Oui, en plein centre-ville !

Chiens adoptés en provenance du Nunavut

La rage sévit encore dans le Nord canadien, surtout chez les renards, mais les chiens peuvent être atteints. L’Ordre des médecins vétérinaires du Québec a publié une mise en garde à cet effet concernant l’adoption de chiens en provenance du Grand Nord du Québec, car depuis 2012, on dénombre des cas de chiens originaires de cette région et destinés à l’adoption ayant développé la rage dans le sud (Montréal, Terrebonne, État de New York). 

Une moufette enragée près de chez vous

Récemment, une moufette atteinte de la rage a été trouvée sur la rue Pierre-Cognac, près du parc Duvernay, à Chambly. La direction de santé publique de la Montérégie invitait les personnes ayant été mordues ou égratignées, ou ayant touché à une moufette ou à un animal sauvage dans ce secteur, à communiquer avec Info-Santé. On invitait aussi les parents à questionner leurs enfants... Auraient-ils pu entrer en contact avec l’animal sans en parler ? Les chiens et les chats du quartier auraient aussi pu être en contact avec cette moufette. En cas de doute, si l’animal de compagnie a été blessé par un animal sauvage ou s’il présente des symptômes compatibles avec la rage, on recommande de consulter son vétérinaire.

Quelques moyens de prévention de la rage  

  • Apprendre aux enfants à ne pas toucher ni approcher les animaux sauvages.  
  • Faire vacciner ses animaux de compagnie contre la rage.  
  • Si vous soupçonnez qu’un animal sauvage est atteint de la rage, tenez-vous à distance et signalez-le au 1 877 346-6763.  
  • Si vous avez été mordu ou griffé par un animal ou en contact avec sa salive, nettoyez la plaie immédiatement à grande eau et au savon, pendant 10 à 15 minutes puis contactez rapidement Info-Santé 811.