/sports/hockey/canadien
Navigation

Énorme vide chez les meneurs

Coup d'oeil sur cet article

LOS ANGELES | Il n’y a pas de capitaine à cause de la blessure à très long terme de Shea Weber. Il n’y a pas de gardien numéro un en l’absence de Carey Price. Le Canadien refusera toujours de le dire, mais il y a un énorme vide au sein du groupe des meneurs dans cette équipe. 

• À lire aussi: La même galère

• À lire aussi: CH : Rencontre d'équipe après la défaite contre les Kings

Derrière le banc de l’équipe, Dominique Ducharme est celui qui cherche à ramener sa barque dans la bonne direction. Mais disons que le vent continue à souffler très fort. 

Après cette septième défaite en seulement neuf matchs, un revers de 5 à 2 contre les Kings, Marc Bergevin a fait une incursion dans le vestiaire de l’équipe adverse au Staples Center.
David Savard, Ben Chiarot et Tyler Toffoli ont refusé de dévoiler les grandes lignes des discussions, mais les trois joueurs ont également confirmé qu’il y a eu une rencontre entre coéquipiers. 

Dans son rôle d’entraîneur en chef, Ducharme n’a pas participé à ce brassage d’idées après le match. Cette décision n’a rien d’anormal. Les entraîneurs ne parlent pas souvent à leurs joueurs après une victoire ou une défaite. Ils le font entre les périodes, mais pas souvent après une rencontre. 

« Je ne peux pas les ramasser aux deux jours, a dit Ducharme. Il faut que ça vienne aussi d’eux. On est tous dans le même bateau. On veut tous la même chose. Mais ils ont leur part à faire. »

« Ce n’est jamais moi qui vais leur dire : vous vous parlez et je vais barrer la porte. »

Pas d’abandon

Il n’y a pas encore dix matchs au calendrier et déjà on ressent que la situation est critique. Le CH pourrait rapidement dire adieu à ses chances d’une participation aux séries si la tendance se maintient. 

« On ne laissera jamais aller, a promis Ducharme. Moi, je ne les laisserai pas aller, je ne les lâcherai pas, c’est sûr. Et je ne pense pas qu’on ait ce type de joueurs non plus dans notre équipe. On retourne demain, on a un match dans 24 heures, un peu moins. Si on le gagne, on est 3-2 dans les cinq derniers matchs. Les deux défaites ne sont pas belles. Il faut se donner une chance tous les soirs et c’est là qu’on va gagner de la constance. Personne ne va abandonner, c’est sûr. »

La punition à Dvorak

Face aux Kings, le CH a joué une seule période honnête. 

Ducharme a offert une analyse juste de cette débâcle et il n’a pas caché sa frustration pour la punition à Christian Dvorak au début de la troisième période. 

« Pour le début de la troisième période, c’était juste 2 à 1, a rappelé Ducharme. Mais en dix secondes, on prend une punition. C’est une des pires façons de commencer une période, surtout quand tu veux revenir dans un match serré. Ça a tué le match. Il faut être capables de gérer ça. Il faut être meilleurs que ça. »

Chiarot a aussi placé le doigt sur un bobo important. En infériorité numérique, le CH n’a pas le désir de se sacrifier, refusant de se placer dans des lignes de tir. Et on connaît le résultat. Les Kings ont marqué trois buts en supériorité numérique.  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.