/news/politics
Navigation

Loin de la langue de bois: le règne de Régis Labeaume en 20 citations marquantes

Le nom de Régis Labeaume­­­ était synonyme de franc-parler à l’Hôtel de Ville de Québec.
Photo Stevens Leblanc Le nom de Régis Labeaume­­­ était synonyme de franc-parler à l’Hôtel de Ville de Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Au fil des années, Régis Labeaume nous a habitués à des déclarations colorées, à des attaques parfois dures contre ses adversaires et à un franc-parler qui n’a laissé personne indifférent. Le Journal reproduit ici quelques-unes des citations qui ont marqué ses 14 ans à la mairie. 

• À lire aussi: Les 14 années de Labeaume en 10 moments marquants

«Fourreurs de système.» (2008)

Le maire qualifiait ainsi les employés manuels de la Ville, en raison du fait qu’ils profitaient de 18 jours de congé de maladie par an. 


«Je m’entends bien avec Mme Verner, mais y’a des fois où je la battrais. Quand elle coupe dans la culture, je ne suis absolument pas d’accord avec ça.» (2008)

Au sujet de Josée Verner, alors ministre fédérale.


«J’adore M. Gagnon. Mais il est toujours au bout de sa chaîne. Le problème est qu’il va retourner en burn-out à un moment donné.» (2012)

Cela a valu à M. Labeaume une poursuite de Jean Gagnon, chef syndical des cols blancs.


«Je connais pas 100 personnes à Québec qui, demain matin, rêvent de prendre l’autobus. Nommez-moi en 25, ça me ferait plaisir, j’aimerais ça leur parler.» (2013)

Le nom de Régis Labeaume­­­ était synonyme de franc-parler à l’Hôtel de Ville de Québec.
Photo d'archives

 

Lors du débat des chefs en campagne électorale.


«Les familles, ça fait moins peur au monde que des gars de 20 ans frustrés. Avec des enfants, on se sentirait plus utiles.» (2015)

Dans le dossier de l’accueil des réfugiés syriens.


«Mongol, toi-même!» (2015)

En réplique à un animateur de radio de Montréal qui avait blagué en parlant de Québec comme d’une «ville de mongols».


«On va coucher sur des bancs publics. On s’est fait faire des sandwichs et on va peut-être se permettre trois œufs dans le vinaigre. Et après, on revient sur le pouce.» (2015)

En réplique à l’opposition qui critiquait sa tournée de plusieurs régions du Québec pour faire la promotion de l’amphithéâtre.


«Il y a des enfants qui meurent en Afrique.» (2016)

En réponse à des questions des journalistes qui l’irritaient sur les bornes de stationnement à ExpoCité.


«On s’est fait fourrer [avec la peinture du pont de Québec]. Parlez-moi pas d’un tunnel et que le fédéral va mettre de l’argent. Les tunnels, c’est toujours un désastre financier. Il n’y a pas un gouvernement qui va embarquer là-dedans.» (2016)

Au sujet du troisième lien. 


«Je ne suis pas en mode olympique. Calmez-vous le pompon!» (2016)

À Lausanne, alors qu’il rencontrait la haute direction du CIO.


«C’est l’horreur. Dans notre magnifique ville, c’est l’horreur.» (2017)

Le nom de Régis Labeaume­­­ était synonyme de franc-parler à l’Hôtel de Ville de Québec.
Photo d'archives

Première réaction à la sortie du centre d’urgence, après la fusillade de la mosquée.


«Je travaille pour faire le tour du chapeau. Amphithéâtre, IKEA et club [de hockey de la LNH].» (2017)

Le nom de Régis Labeaume­­­ était synonyme de franc-parler à l’Hôtel de Ville de Québec.
Photo d'archives, Stevens Leblanc

Le maire considérait ces trois éléments comme essentiels pour Québec.


«Si l’urgence politique l’emporte sur le génie, la technologie pis le bon sens, je pense que tous les éléments sont réunis pour assister à un désastre financier potentiel. Dans ces conditions, je le répète, on sera chanceux si le coût du troisième lien reste en bas de 10 milliards $.» (2018)


«Ça fait 10 fois qu’on le dit, mais visiblement, ils sont autistes.» (2018)

Au sujet de l’opposition. Il s’était ensuite excusé auprès des autistes de les avoir comparés à l’opposition.


«Jonatan l’a échappé.» (2018)

Le nom de Régis Labeaume­­­ était synonyme de franc-parler à l’Hôtel de Ville de Québec.
Photo d'archives

Cette phrase a mené à la démission de son bras droit Jonatan Julien, aujourd’hui ministre.


«Tu ne peux pas avoir une garantie d’équipe de la LNH si tu n’as pas d’aréna. Le Centre Vidéotron, il fallait le faire.» (2018)


«Nous vivons un moment important de l’histoire de Québec. On se souviendra que c’est le 19 août 2019 que Québec reçoit enfin la confirmation de la totalité du financement du plus grand projet collectif de son histoire contemporaine.» (2019)

Le nom de Régis Labeaume­­­ était synonyme de franc-parler à l’Hôtel de Ville de Québec.
Photo d'archives, Stevens Leblanc

Au moment de l’annonce du financement du tramway.


«On a un projet qui est tricoté grosso modo avec le plus de précision possible.» (2019)

Au sujet du tramway.


«C’est plus vilain que je l’espérais.» (2019)

Sur son cancer.


«Bravo, champion. Le monde a des beaux biceps, là, mais ils sont malades.» (2020)

Le nom de Régis Labeaume­­­ était synonyme de franc-parler à l’Hôtel de Ville de Québec.
Photo d'archives, Agence QMI

Concernant une importante éclosion de COVID-19 dans un gym de Québec.

  • Écoutez l'entrevue de Régis Labeaume avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

À VOIR AUSSI