/news/society
Navigation

Moisson Montréal espère le mieux et se prépare au pire

Coup d'oeil sur cet article

Moisson Montréal, qui a déjà commencé sa collecte de denrées pour les paniers de Noël, espère voir cette année une demande moins élevée que l’an dernier, a souligné en entrevue à LCN le directeur général, Richard Daneau.

• À lire aussi: La Parade des jouets reprend des couleurs à Québec

• À lire aussi: Quand le glanage rapporte à tout le monde

L’organisme se prépare quand même au pire.

«On est sur le bout de nos orteils», a indiqué Richard Daneau dimanche matin.

L’organisme distribue chaque année environ 20 000 paniers de Noël. Et les besoins ont explosé durant la première année de la pandémie, mais ils ont tendance à diminuer en 2021 par rapport à 2020.

«On donne 7% ou 8% moins de nourriture qu’on en donnait l’année passée, mais quand on compare à il y a deux ans, on voit que ça a beaucoup augmenté», a expliqué le directeur général de Moisson Montréal.

Néanmoins, l’organisme craint de voir la problématique continuer à prendre de l’ampleur en raison de la hausse du coût de la nourriture.

«C’est sûr que le prix des aliments, ça va finir par rattraper le monde», a prédit Richard Daneau.

Ce dernier a souligné que les prix élevés des aliments vont forcer plusieurs personnes et familles à effectuer des choix alimentaires qui ne sont pas toujours optimaux.

«La grande question que nous nous posons chez Moisson Montréal, c’est: serons-nous capables de continuer à trouver autant de nourriture qu’il y a de besoins?», a ajouté M. Daneau.

À VOIR AUSSI