/news/coronavirus
Navigation

Vaccin contre la COVID-19: pas besoin d’attendre pour planifier une grossesse

Vaccin contre la COVID-19: pas besoin d’attendre pour planifier une grossesse
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Devant encore « beaucoup d’hésitations » de la part de femmes enceintes à se faire vacciner contre la COVID-19, la Société des gynécologues du Canada affirme que plusieurs nouvelles données probantes sont « très rassurantes » et recommande même d’abroger le délai de 28 jours entre le vaccin et la planification d’une grossesse.

• À lire aussi: Le vaccin de Pfizer autorisé pour les 5 à 11 ans aux États-Unis

Cette recommandation a été faite il y a quelques mois « par prudence » par l’Institut national de santé publique du Québec (INSQP), mais surtout par manque de données scientifiques sur le vaccin ARN contre la COVID-19 et les femmes enceintes. Cette recommandation est désormais chose du passé, soutient Dre Isabelle Boucoiran, obstétricienne gynécologue spécialisée en maladies infectieuses au Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine. 

Elle siège aussi au comité sur les maladies infectieuses de la Société des gynécologues obstétriciens du Canada. 

L’organisation publiera d’ailleurs bientôt une mise à jour de ses directives en ce sens. « Il n’y a aucune raison de repousser la grossesse après la vaccination », mentionne-t-on.  

Pas de période d’attente

Il n’est pas non plus recommandé d’attendre après le premier trimestre avant d’être immunisé contre le virus, soutient la spécialiste. 

Même si la Dre Boucoiran constate encore de la « réticence » chez certaines femmes enceintes, alors que d’autres décident de reporter leur vaccination après leur grossesse, elle affirme que les risques de complications pour ce groupe sont bel et bien « réels » et « documentés ».  

« Nous avons maintenant des données internationales et canadiennes sur le risque augmenté d’admissions aux soins intensifs, de détresse respiratoire sévère, qui peuvent mener à un accouchement prématuré ou une perte de grossesse avant 20 semaines », explique-t-elle. 

Fertilité et fake news 

La Dre Boucoiran rapporte aussi que l’immunisation contre le virus de la COVID-19 n’affecte en rien la fertilité, qualifiant même cette information largement véhiculée sur les réseaux sociaux de fake news.  

« Plusieurs études ont démontré, aussi bien chez l’animal que chez l’humain, qu’il n’y a pas plus d’infertilité [en lien avec la vaccination] ou de risques sur la fertilité », soutient la docteure. 

Par ailleurs, de nouvelles études provenant notamment des États-Unis et de la Norvège ont prouvé qu’il n’y avait pas non plus davantage de risques de fausses couches chez les femmes vaccinées. 

La spécialiste affirme également que les bébés des femmes vaccinées sont immunisés contre le virus. « Des études ont démontré que les anticorps maternels traversent le placenta et qu’on les retrouve dans le sang du cordon [ombilical] » dit-elle. 


Selon l’INSPQ, 27 215 femmes enceintes ont reçu au moins une dose de vaccin contre la COVID-19 et 11 645 sont adéquatement vaccinées.

À VOIR AUSSI... 

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres