/finance/business
Navigation

La Chambre de commerce du Montréal métropolitain courtise les jeunes

Coup d'oeil sur cet article

La Chambre de commerce du Montréal métropolitain cible les jeunes dans sa campagne pour faire revenir les travailleurs au centre-ville.

Le retour dans les bureaux se fait lentement, trop lentement, au goût de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain. Pendant un an et demi, on a fait appel à la peur de la COVID pour inciter à la prudence.

«Et dans ce cas-ci, on veut avoir une émotion positive, d'envie, de désir, d'amour, qui reflète le: j'aime travailler au centre-ville», mentionne Michel Leblanc, président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM).

La moitié des entreprises avaient déjà entamé le retour au bureau de leurs employés à la fin août. La Chambre de commerce du Montréal métropolitain veut accélérer le mouvement en misant, notamment, sur les jeunes.

«Je disais à la blague, récemment, peut-être qu'on verrait que le centre-ville est moins cravates et plus baskets», M. Leblanc.

Déjà, 90% des étudiants sont revenus en personne, cet automne.

L'agence Publicis a conçu la campagne de 1,5 million de dollars «J'aime travailler au centre-ville». Les employeurs souhaitent de nouveaux assouplissements de la Santé publique.

«Par exemple, une des décisions que le gouvernement doit prendre, c'est; est-ce que dans les espaces de bureau, on est toujours soumis à la règle du deux mètres de distance, alors qu'on peut être 12 à un restaurant ou qu'on peut être au Centre Bell collés côte à côte?», explique le président de CCMM.