/finance/business
Navigation

Nos voisins s’intéressent à la filière électrique

Des diplomates américains sont allés recueillir de l’information chez nous pour la ramener à Washington

Autobus Thomas
Photo courtoisie Le maire de Drummondville, Alain Carrier, et la vice-présidente d’Autobus Thomas, Véronique Dubé, sont d’avis que le programme actuel de rabais gouvernemental à l’achat sur les autobus électriques fait l’affaire de l’entreprise québécoise Lion.

Coup d'oeil sur cet article

Des diplomates américains ont rencontré des élus et le premier ministre du Québec pour discuter du programme de subvention d’autobus électrique qui favoriserait Lion, selon Autobus Thomas.

• À lire aussi: Girardin a vendu plus de 500 autobus électriques au Québec

• À lire aussi: Une autre commande de 39 véhicules électriques pour Lion

« La consule générale des États-Unis à Montréal, Ana A. Escrogima, nous a dit qu’elle avait eu une rencontre en personne avec le premier ministre pour discuter de plusieurs dossiers et que le programme avait été mentionné », a avancé au Journal Véronique Dubé, vice-présidente d’Autobus Thomas.

Lors de ses échanges avec eux, Mme Dubé se souvient que les diplomates n’ont pas prononcé le mot « Lion », pas plus qu’aucun autre compétiteur, mais qu’ils ont parlé du programme de rabais à l’achat de 150 000 $ pour des bus électriques de 350 000 $ du gouvernement Legault.

  • Écoutez La Rencontre Daoust-Martineau avec Yves Daoust, directeur de la section Argent du journal de Montréal et du Journal de Québec, sur QUB radio :

« Dans notre Jouley, il y a déjà 25 % des pièces qui viennent du Québec et du Canada, tandis que les Lion ont beaucoup de pièces d’Asie assemblées au Québec », a déploré Véronique Dubé, qui aimerait que les acheteurs de ses autobus électriques aient aussi droit au fameux rabais gouvernemental.

Discussions

Questionnés à ce sujet, ni le cabinet de François Legault ni le Consulat général des États-Unis à Montréal n’ont voulu s’avancer sur le dossier.

« Diverses discussions ont lieu sur une base régulière avec les instances américaines. Les sujets de discussion sont confidentiels. Le Québec participe déjà aux efforts de décarbonisation aux États-Unis et les discussions vont continuer », a résumé le cabinet du ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon.

Dans une déclaration écrite, la consule générale des États-Unis à Montréal, Ana A. Escrogima, a indiqué : « L’investissement dans les véhicules électriques est un élément important pour atteindre nos objectifs. » 

L’an dernier, avant sa visite à Washington, François Legault avait fait part de son désir de faire pression pour que le Buy American Act soit revu.

« Une des choses que je veux faire valoir, c’est toute la question des contrats publics pour les trains, tramways, autobus. Actuellement, on a des usines au Québec qui sont à risque parce que le Buy America, et le Buy American Act exigent 70 % de contenu [américain] », avait-il déclaré.

Protectionnisme québécois ?

Aujourd’hui, Autobus Thomas saisit mal que ses autobus électriques Jouley fabriqués en Caroline du Nord par une filiale du géant allemand Daimler ne puissent pas avoir bénéficié de juteuses subventions chez nous.

Ces derniers mois, la PME de Drummondville soutient avoir eu deux appels, deux rencontres virtuelles avec des gens de Washington et une visite de diplomates américains à son siège social avec le maire pour les sensibiliser. 

« Je leur ai dit que ce n’était pas juste que le gouvernement de la CAQ pousse fort pour que Lion soit le seul fabricant éligible aux subventions », soupire Alain Carrier, maire de Drummondville, piqué par ce qu’il qualifie de « protectionnisme ».

Jointe par Le Journal, Lion s’est défendue en rappelant que les subventions québécoises sont seulement offertes pour les autobus électriques assemblés ici.

« On parle à l’Ambassade américaine chaque mois, ils ne nous ont jamais parlé du programme », a insisté son vice-président marketing, Patrice Gervais, en ajoutant que ses pièces d’autobus viennent majoritairement d’ici.


En mars dernier, avant d’entrer en Bourse, Lion détenue en partie par Energie Power Corporation, avait obtenu des prêts de 100 M$ de Québec et Ottawa.

À VOIR AUSSI 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.