/news/politics
Navigation

Des mandats privés rattrapent le candidat à la mairie Denis Coderre

Mais il n’a pas eu de contrat de l’organisme qui œuvre au retour du baseball majeur

Coup d'oeil sur cet article

À quelques jours du vote, les projecteurs sont à nouveau braqués sur le candidat Denis Coderre, qui refuse toujours de dévoiler les différents mandats exécutés dans le privé depuis sa défaite en 2017, se réfugiant derrière des ententes de confidentialité. 

• À lire aussi: Un plan d’action pour les 100 premiers jours de Projet Montréal

• À lire aussi: Projet Montréal veut embellir la Métropolitaine

Mais Le Journal a appris que malgré sa proximité avec l’homme d’affaires Stephen Bronfman qui œuvre au retour du baseball à Montréal, M. Coderre n’a pas travaillé pour lui. 

En entrevue au Journal mardi, le porte-parole de Claridge, la société de M. Bronfman, a tenu à mettre fin aux rumeurs concernant une possible relation d’affaires avec l’aspirant maire. 

« M. Coderre, depuis l'élection de 2017, n'a obtenu aucun contrat de Claridge et zéro contrat du Groupe Baseball Montréal, directement ou indirectement. C'est zéro », a tenu à dire Daniel Granger. 

« On ne l'a même pas rencontré, donc il n'y a pas eu de relations, comme telles, d'affaires, avec nous, d'aucune façon, ni pour Claridge, ni pour le Groupe Baseball Montréal », a-t-il poursuivi. 

Même s’il n’a pas obtenu de contrat, Denis Coderre connaît bien M. Bronfman. Lorsqu’il était maire, les deux hommes se sont souvent côtoyés dans le dossier du baseball et le milliardaire l’avait appuyé en 2017.     

  • Écoutez la rencontre Abedfadel-Vallières au micro de Philippe-Vincent Foisy sur QUB Radio:  

Son entreprise toujours active

Malgré son silence, M. Coderre possède toujours sa société de gestion et de conseils qu’il a fondée en 2018. Selon le registre des entreprises, elle est toujours active, mais selon son attachée de presse Elizabeth Lemay, il n’y a pas de mandats actuels. 

« Ça fait partie des intérêts qu’il possède, et ça, il devra le déclarer s’il est élu. Mais il faut le dire, M. Coderre n’a jamais été l’homme de la transparence », a affirmé Danielle Pilette, professeure au département de stratégie de l’UQAM.

Depuis sa défaite de 2017, M. Coderre a aussi travaillé pour Stingray dont le patron Eric Boyko fait aussi partie du groupe qui milite pour le retour du baseball. M. Boyko n’a pas répondu aux appels du Journal

Denis Coderre, à droite, en compagnie d’Eric Boyko, Ce dernier est le grand patron de Stingray, une des organisations pour lesquelles l’ancien maire de Montréal  a travaillé ou œuvré depuis sa défaite au scrutin municipal de 2017 aux mains de Valérie Plante.
Photo d’archives
Denis Coderre, à droite, en compagnie d’Eric Boyko, Ce dernier est le grand patron de Stingray, une des organisations pour lesquelles l’ancien maire de Montréal a travaillé ou œuvré depuis sa défaite au scrutin municipal de 2017 aux mains de Valérie Plante.

La Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) a aussi fait nommer M. Coderre au conseil d’administration d’Eurostar, qui exploite des trains rapides reliant Londres à Paris, Bruxelles et Amsterdam. 

La Caisse de dépôt et placement n’a pas voulu dévoiler les montants versés à Denis Coderre, mais a soutenu que les candidats choisis sont désignés « sur les conseils d’administration de sociétés dans lesquelles nous investissons en fonction de l’expertise recherchée ». 

Lorsqu’il était maire, M. Coderre avait défendu bec et ongles le projet du REM de la CDPQ et avait signifié son intention d’aller de l’avant malgré les critiques du BAPE. 

M. Coderre a aussi été lobbyiste à Québec et à Ottawa pour Felix & Paul Studios. Ces dernières années, les studios ont reçu au moins 11 M$ d’aides publiques de toutes sortes de la part de Québec et d’Ottawa. 

M. Coderre s’est engagé cette semaine à ne pas renvoyer l’ascenseur à ses ex-clients s’il redevient maire de Montréal. 

  • Écoutez la rencontre des analystes politiques Elsie Lefebvre et Marc-André Leclerc sur QUB radio   

Après sa défaite en 2017, Denis Coderre a travaillé ou a œuvré pour :  

  • Fédération internationale de l’automobile (FIA)   
  • Stingray   
  • Lobbyiste pour Felix & Paul Studios   
  • Fondation de l’Hôpital général juif   
  • Conseil d’administration d’Eurostar   
  • Il a fondé une Société de gestion et de conseils 9377-4750 Québec inc.      

En ce qui a trait à son salaire, Denis Coderre dit avoir fait « au moins deux fois plus » que celui de maire de Montréal (198 000 $).

À VOIR AUSSI