/world/usa
Navigation

Eric Adams, ex-policier, grand favori pour remporter la mairie de New York

Eric Adams, ex-policier, grand favori pour remporter la mairie de New York
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Une élection «historique»: un ancien policier noir et syndicaliste antiraciste de New York, Eric Adams, devrait devenir mardi le maire de la mégapole américaine, un parcours extraordinaire pour cet enfant pauvre de Brooklyn, jeune délinquant devenu homme politique à poigne du parti démocrate.

Le poste est réputé le plus périlleux et le plus convoité après celui de président des États-Unis et si ce démocrate 61 ans bat comme prévu son rival républicain Curtis Sliwa, 67 ans, il sera seulement le deuxième maire noir de l’histoire de la capitale économique et culturelle américaine.

Très ému après avoir voté dans son quartier natal de Brooklyn, Eric Adams a estimé que cette élection représentait une revanche sociale pour le «petit gars» qu’il était dans sa jeunesse et donc pour les New-Yorkais des classes populaires.

«Nous avons déjà gagné», a-t-il lancé devant des journalistes en séchant ses larmes, sans lâcher un portrait de sa mère: «Je ne suis pas censé être ici. Mais puisque j’y suis, les New-Yorkais vont se rendre compte chaque jour qu’ils méritent également d’être dans cette ville» de huit millions d’habitants, classée à gauche et incroyable mosaïque de communautés et de classes sociales.

Eric Adams, ex-policier, grand favori pour remporter la mairie de New York
AFP

 Couleur de peau

«C’est historique !», s’est exclamé Anthony Williamson, un ouvrier de 58 ans, après avoir voté Adams: «C’est super. Cela montre que nous avons tous une chance d’y arriver à New York et en Amérique, quelle que soit sa couleur de peau».

Si la victoire d’Eric Adams ne fait guère de doute, le taux de participation promet d’être faible. Les bureaux ouverts depuis 06H00 le resteront jusqu’à 21H00 pour 5,5 millions d’électeurs. Près de 170 000 ont déjà voté de manière anticipée.

Eric Adams, ex-policier, grand favori pour remporter la mairie de New York
AFP

Dans les derniers jours de la campagne axée sur l’insécurité, le futur maire s’est accroché à la télévision avec son rival républicain Curtis Sliwa, personnage haut en couleurs, toujours coiffé d’un béret rouge et qui a créé en 1979 une sorte de milice, les «anges gardiens», patrouilles bénévoles censées lutter contre les agressions dans les rues, au côté de la police.

L’ancien policier Eric Adams s’est engagé à être intraitable contre les crimes et délits dont les indicateurs sont passés au rouge en 2020. Ainsi, Any Morales, une quinquagénaire porto-ricaine a voté pour lui parce ce qu’elle a «aimé ses propositions sur la sécurité» et qu’elle a «peur de sortir la nuit où les gens se font agresser gratuitement».

Rattaché à l’aile droite du parti démocrate, Eric Adams s’affiche à fois en défenseur des classes moyennes et populaires, en pointe contre les discriminations raciales et également proche des milieux d’affaires de «Big Apple» («Grosse Pomme»), le poumon financier de la planète.

Budget à 100 milliards

Le successeur de l’impopulaire Bill de Blasio gérera le plus gros budget municipal des États-Unis: 98,7 milliards de dollars pour l’exercice 2021-2022.

Comme ses prédécesseurs, Eric Adams aura la main sur la plus importante force de police du pays (NYPD, 36 000 employés), dont il devra poursuivre les réformes, mais sans se mettre à dos son ancien corps d’origine puissant et syndiqué.

Car le prochain maire garde son ancien métier au cœur: il raconte que, jeune délinquant de 15 ans, il s’était fait violemment interpeller et avait alors décidé de «changer le système de l’intérieur».

Devenu policier lorsque New York était un coupe-gorge dans les années 1980, il y passe 22 années et atteint le rang de capitaine. En 1995, il fonde un syndicat qui se bat contre le racisme.

Dans son histoire, la police new-yorkaise a souvent été accusée de fermer les yeux sur des agents violents, racistes et corrompus. Et elle fut encore la cible de plaintes en 2020 pour la répression de manifestations antiracistes du mouvement Black Lives Matter, après le meurtre de George Floyd par un policier blanc à Minneapolis.

Dans une ville qui a payé un lourd tribut à la pandémie (34 000 morts), Eric Adams devra gérer les retours à la normale des écoles, bureaux et commerces. Lutter aussi contre les inégalités sociales criantes, le mal-logement, les infrastructures en piteux état, les risques climatiques. Faire fermer enfin Rikers Island, une terrible prison surpeuplée, ultraviolente et insalubre.

Après avoir quitté la police en 2006, il est élu sénateur de l’État de New York, puis président de l’arrondissement de Brooklyn, tremplin vers la mairie de New York. Eric Adams est aussi fier d’être devenu vegan en 2016 pour soigner son diabète et a écrit un livre de cuisine pour convaincre les Afro-Américains de faire de même.