/sports/hockey
Navigation

Parmi les meilleurs de la cuvée 2019

Coup d'oeil sur cet article

Des 12 attaquants sélectionnés en première ronde de l’encan 2019 qui comptent au moins un match dans la LNH, Cole Caufield se démarque à plusieurs égards.

• À lire aussi: Pas de panique

Avec ses 40 matchs au compteur, il vient au cinquième rang. Et avec ses 18 points avant les rencontres de mardi soir, il est installé au quatrième échelon à égalité avec un certain compatriote du nom de Trevor Zegras. 

Devant lui : Jack Hughes, Kaapo Kakko et Kirby Dach. Il s’agit des trois premiers choix de l’encan 2019. 

Zegras, qui a suivi un cheminement semblable dans le programme de développement américain et la NCAA, a disputé 17 matchs dans la Ligue américaine l’an dernier. 

À ses 10 premières rencontres depuis le début de la saison avec Anaheim, Zegras a enregistré cinq points. Rien d’extravagant, mais il est encore chez les Ducks. 

Patience

Dans la cohorte de premier tour de 2019, huit des 20 attaquants sélectionnés n’ont toujours pas disputé un match dans la LNH. En tête de liste vient Alex Turcotte, cinquième sélection, celle des Kings de Los Angeles.

Et 12 des 31 premiers joueurs repêchés n’ont pas encore patiné dans le circuit Bettman. 

Alors il ne faut pas paniquer avec le renvoi de Caufield à Laval. Ce passage lui sera bénéfique, pourvu que les entraîneurs lui permettent de retrouver ses repères. 

Jesperi Kotkaniemi est passé par là. Ryan Poehling suit aussi ce processus. Mais le CH a échappé, dans leur développement, plusieurs espoirs. Le bilan est peu reluisant depuis l’encan 2012. 

Caufield doit trouver le moyen de rebondir, de s’améliorer et de se démarquer alors qu’il sera ciblé par ses adversaires. 

« Il ne faut pas oublier qu’il a juste 20 ans, a rappelé l’entraîneur-chef du Rocket, Jean-François Houle. Des joueurs peuvent passer trois ou quatre ans dans la Ligue américaine. La majorité des gars sélectionnés de la deuxième à la quatrième ronde restent longtemps dans cette ligue.  

« Les choix des deux premiers tours doivent quant à eux savoir amener leur jeu à un autre niveau pour pouvoir s’établir dans la LNH », a poursuivi celui qui est instructeur dans la LAH depuis 2015. 

Faire des erreurs

Selon Houle, la LAH est l’endroit tout indiqué pour apprendre et faire des erreurs. Oui, des erreurs ! 

« C’est moins grave, car elles permettent aux gars de se développer. Elles font partie du hockey, a-t-il rappelé. S’ils n’en font pas, ils n’apprennent pas. Cole va en faire, comme tout le monde. C’est à nous de les corriger et de le faire cheminer. »

Nul doute pour le capitaine Xavier Ouellet, qui a fréquemment fait la navette entre la LNH et la LAH, le petit-nouveau saura se démarquer. Il aura tout le temps et le loisir de le faire à sa façon.

« Parfois, il faut accepter de faire deux pas vers l’arrière pour ensuite en faire trois vers l’avant. » 

C’est la sagesse d’un vétéran de 28 ans qui entame la septième saison de sa carrière dans l’antichambre de la LNH, mais qui n’a pas oublié son objectif d’y remonter un jour.

Les six meilleurs attaquants du premier tour de l’encan 2019

Jack Hughes (Devils) 119 pj | 20 b | 35 a | 55 pts (aucun match LAH)

Kaapo Kakko (Rangers) 122* pj | 19 b | 21 a | 40 pts (aucun match LAH)

Kirby Dach (Blackhawks) 101* pj | 14 b | 29 a | 43 pts (3 matchs LAH)

Dylan Cozens (Sabres) 49 pj | 5 b | 11 a | 16 pts (aucun match LAH)

Cole Caufield (Canadien) 40* pj | 8 b | 10 a | 18 pts (2 matchs LAH)

Trevor Zegras (Ducks) 34 pj | 5 b | 13 a | 18 pts (17 matchs LAH) 

8 des 20 attaquants sélectionnés en au premier tour du repêchage de 2019 ne comptent encore aucun match dans la LNH.

12 des 31 joueurs choisis en première ronde de l’encan 2019 n’ont pas encore patiné dans un match de la LNH.