/sports/racing
Navigation

Un retour au Mexique attendu pour Lance Stroll

Un retour au Mexique attendu pour Lance Stroll
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Frappé de malchance aux États-Unis, le Québécois Lance Stroll espère pouvoir récolter quelques points pour son écurie Aston Martin cette fin de semaine, à l’occasion du Grand Prix du Mexique.

Stroll avait terminé 12e à Austin, le 24 octobre, après avoir été happé par son compatriote Nicholas Latifi (Williams) dès le premier virage. La veille, il avait été éliminé dès le premier segment des qualifications lorsqu’un drapeau jaune avait saboté son ultime tour rapide.  

Quoi qu’il en soit, Stroll ne se laisse pas abattre. Il estime même en retenir des éléments encourageants. Son coéquipier Sebastian Vettel a notamment terminé 10e après avoir pris le départ du 18e échelon.

«C’est bien d’avoir eu une semaine [de repos] entre les Grands Prix des États-Unis et du Mexique pour se recharger les batteries et revenir plus fort, a commencé par dire Stroll, selon un communiqué de son équipe. Bien que notre GP des États-Unis ne s'est pas tout à fait déroulé comme prévu, nous avons montré un bon rythme de course dimanche, donc l'objectif est de bien se qualifier et se battre pour les points.»

Stroll a connu de bons et de moins bons moments au Mexique au fil de sa carrière. En 2017, à sa première saison, il avait signé une sixième place en profitant des incidents devant lui et d’un coup de chance en s’arrêtant sous le régime de la voiture de sécurité virtuelle. Il s'agissait alors de son meilleur résultat en carrière.

Les deux années suivantes, il s’est contenté de la 12e position.

Dans les nuages  

Pour les écuries, cette escale mexicaine offre un défi particulier aux écuries puisque l’Autodromo Hermanos Rodríguez est situé à Mexico, à 2285 m d’altitude. La pression de l’air est donc moins forte et l’oxygène plus rare. La traînée, et donc l’adhérence, sont diminuées par la pression d’air plus faible, tandis que les moteurs souffrent de la plus faible concentration d’oxygène.

Le court tracé est également un défi en soi, cette fois pour les pilotes, puisque les dépassements sont difficiles. Mais pour les amateurs, il offre un bon spectacle, avec deux lignes droites qui permettent l’activation du système de réduction de la traînée (DRS).

«C’est un circuit assez court au Mexique, mais les longues lignes droites offrent beaucoup d’occasions de profiter de l’effet d’aspiration et de moments excitants», a conclu Stroll.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.