/opinion/columnists
Navigation

Jour du Souvenir: relevez ce drapeau!

Coup d'oeil sur cet article

Je précise que je n’ai pas de drapeau canadien sur mon terrain. Et si j’avais un mât, j’y hisserais d’emblée le fleurdelysé. Je respecte néanmoins au plus haut point ce qu’un drapeau représente pour un pays.

Je respecte encore davantage ce que le drapeau symbolise pour ceux et celles qui ont courageusement servi sous ce drapeau dans les Forces armées. Fierté, devoir, sens de la patrie, le drapeau fait remonter plusieurs sentiments.

À la veille du jour du Souvenir 2021, le Canada se retrouve dans une bien curieuse position. Les drapeaux canadiens ne pourront pas être mis en berne le 11 novembre en signe de respect pour les Canadiens morts au combat. Pourquoi ? Pour la simple raison que les drapeaux sont en berne depuis la fin mai.

Pensionnats autochtones

Depuis la terrible découverte des restes de plus de 200 enfants sur les terrains d’un pensionnat autochtone à Kamloops, le gouvernement canadien a maintenu ce symbole. La question s’était posée le 1er juillet lors de la fête du Canada. Le gouvernement Trudeau avait maintenu les drapeaux en berne et avait rendu la fête plus modeste.

Cette mise en berne permanente est un cul-de-sac. Oui, il fallait mettre les drapeaux en berne à l’époque pour souligner la tristesse et l’indignation collective devant des horreurs du passé. Mais les placer en berne de façon permanente finit par passer inaperçu et empêche de souligner d’autres tragédies.

Il ne s’agit pas de minimiser la gravité du gâchis des pensionnats autochtones. Des vies d’enfants ont été prises. On se souviendra d’une tache dans l’histoire du Canada.

Les millions de citoyens du Canada veulent une réconciliation, certes. Ils sont d’accord pour que leur gouvernement prenne des moyens pour assurer la réconciliation. Mais les citoyens du Canada ne vivent pas dans la honte en permanence. Leur pays est plus que cet épisode inhumain.  

  • Écoutez aussi l'opnion de Richard Martineau sur le sujet, sur QUB radio:    

Jour du Souvenir

Six mois plus tard, on réalise le problème. Une fois que le gouvernement confère un caractère permanent à la mise en berne, comment s’en sortir ? Les représentants autochtones interprètent maintenant une levée des drapeaux non pas comme un retour à la normale, mais comme une insulte.

Le cas du jour du Souvenir parle beaucoup. Les anciens combattants ont totalement raison de vouloir hisser les drapeaux pour pouvoir les mettre en berne lors des cérémonies. Une tragédie dans notre histoire ne peut pas en effacer une autre. Il serait inacceptable de ne pas pouvoir poser le geste symbolique annuel de la mise en berne du drapeau parce que ce dernier est maintenu en permanence à mi-hauteur.

La Légion d’honneur du Canada cherche des solutions de compromis pour souligner dignement le jour du Souvenir. L’une des options serait de hisser le drapeau momentanément pour le remettre en berne ensuite... en permanence.

L’histoire du Canada, comme celle de tous les pays, est faite de beaux et de moins beaux chapitres. Le drapeau hissé signifie que le peuple est toujours debout, pas qu’il efface son passé.