/news/coronavirus
Navigation

Travailleurs de la santé: augmentation de la couverture vaccinale dans l’Est-du-Québec

Travailleurs de la santé: augmentation de la couverture vaccinale dans l’Est-du-Québec
Capture d'écran TVA Nouvelles

Coup d'oeil sur cet article

La décision du gouvernement de renoncer à la vaccination obligatoire pour les employés actuels du réseau de la santé est accueillie avec un certain soulagement dans l’Est-du-Québec.

• À lire aussi: Recul sur la vaccination obligatoire du personnel de la santé: Québec cède devant les non-vaccinés

• À lire aussi: Vaccination obligatoire: «Je suis très déçue du recul», dit une intensiviste

Il y avait des craintes quant au maintien des services dans certains secteurs. L’enjeu du personnel est criant. Les ruptures de services se sont multipliées dans les derniers mois en raison du manque d’employés.

La couverture vaccinale des employés de la santé a progressé dans les dernières semaines.

Au Bas-Saint-Laurent, présentement, il y a 180 employés qui n’ont reçu aucune dose d’un vaccin contre la COVID-19. À la fin septembre, on parlait de 280 travailleurs.

Sur la Côte-Nord, il y a toujours 216 employés qui ne sont pas adéquatement protégés contre la COVID-19. Par contre, certains ne sont pas au travail en ce moment, que ce soit pour des congés de maladie ou encore des congés sans solde.

En Gaspésie, il y a 32 travailleurs qui sont non vaccinés et 34 partiellement vaccinés.

La décision du gouvernement, annoncée mercredi, est somme toute bien accueillie par le Syndicat des infirmières, infirmières auxiliaires et inhalothérapeutes de l'est du Québec.

Bien que le pourcentage des employés non adéquatement vaccinés soit faible en Gaspésie, il y avait une crainte concernant la surcharge de travail.

«Je pense que chaque personne, que chaque professionnel, est important dans l’échiquier pour octroyer les services en Gaspésie. C’est indéniable. Ça aidera justement à l’attraction et à la rétention du personnel de pouvoir garder ces gens-là, parce qu’il y aurait eu des incidences sur l’épuisement des gens qui seraient restés sur le terrain même si c’était à petite échelle», a expliqué le président du Syndicat des infirmières, infirmières auxiliaires et inhalothérapeutes de l'est du Québec, Pier-Luc Bujold.

Le gouvernement a lancé un message clair. Il veut se concentrer sur l'amélioration du réseau. Le syndicat a hâte de voir les actions qui seront posées.

À voir aussi 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.