/sports/tennis
Navigation

Une défaite qui fait très mal à Félix Auger-Aliassime

Une défaite qui fait très mal à Félix Auger-Aliassime
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Les chances de qualification au championnat de fin de saison de Félix Auger-Aliassime ont disparu, mercredi, puisque le Québécois s’est fait surprendre en deux manches de 6-3 et 7-5 par l’Allemand Dominik Koepfer au deuxième tour du Masters de tennis de Paris.

• À lire aussi: Félix vise toujours Turin

Tombeur d’Andy Murray à l’étape précédente, le vainqueur a mis 1 h 38 min pour renverser la 11e raquette mondiale et neuvième tête de série de la compétition. Pour Auger-Aliassime, il s’agit d’une grande déception, lui qui devait gagner l’événement parisien. Avant de se retrouver sur le terrain, il occupait la 12e place de la course pour une place au rendez-vous de fin d’année; les huit meilleurs joueurs de la saison y seront, mais parmi eux, Rafael Nadal avait déjà confirmé son forfait.

«Je suis extrêmement déçu, a déclaré le natif de Montréal, en conférence de presse. J’aurais dû faire tellement mieux. Il [Koepfer] a très bien joué, mais je me suis battu contre moi-même à plusieurs moments aujourd’hui [mercredi].»

Confronté à un «lucky loser», l’athlète de l’unifolié a peiné au service, concédant quatre bris en huit occasions. Il a conservé un pourcentage de réussite de 54 % lorsqu’il avait les premières balles en main et a remporté seulement 35 % des points joués sur son second service. Par ailleurs, le perdant a commis huit doubles fautes contre seulement deux pour Koepfer, 58e joueur de l’ATP.

«J’ai mal servi du début à la fin. J’ai essayé, mais c’était très faible, a dit Auger-Aliassime. C’est franchement décevant.»

«Il n’y a pas de grande leçon à tirer ou rien de gros à interpréter pour comprendre ce qui n’allait pas aujourd’hui.»

Par ailleurs, le Québécois a pris une pause pour recevoir des traitements au bras droit pendant la deuxième manche. Après la partie, il s’est fait rassurant. Il a indiqué qu’il ne souffrait d’aucune blessure et qu’il s’agissait plutôt d’un inconfort.

À VOIR AUSSI