/sports/tennis
Navigation

Une défaite qui fait très mal à Félix Auger-Aliassime

Une défaite qui fait très mal à Félix Auger-Aliassime
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Les chances de qualification au championnat de fin de saison de Félix Auger-Aliassime ont disparu, mercredi, puisque le Québécois s’est fait surprendre en deux manches de 6-3 et 7-5 par l’Allemand Dominik Koepfer au deuxième tour du Masters de tennis de Paris.

• À lire aussi: Félix vise toujours Turin

Tombeur d’Andy Murray à l’étape précédente, le vainqueur a mis 1 h 38 min pour renverser la 11e raquette mondiale et neuvième tête de série de la compétition. Pour Auger-Aliassime, il s’agit d’une grande déception, lui qui devait gagner l’événement parisien. Avant de se retrouver sur le terrain, il occupait la 12e place de la course pour une place au rendez-vous de fin d’année; les huit meilleurs joueurs de la saison y seront, mais parmi eux, Rafael Nadal avait déjà confirmé son forfait.

«Je suis extrêmement déçu, a déclaré le natif de Montréal, en conférence de presse. J’aurais dû faire tellement mieux. Il [Koepfer] a très bien joué, mais je me suis battu contre moi-même à plusieurs moments aujourd’hui [mercredi].»

Confronté à un «lucky loser», l’athlète de l’unifolié a peiné au service, concédant quatre bris en huit occasions. Il a conservé un pourcentage de réussite de 54 % lorsqu’il avait les premières balles en main et a remporté seulement 35 % des points joués sur son second service. Par ailleurs, le perdant a commis huit doubles fautes contre seulement deux pour Koepfer, 58e joueur de l’ATP.

«J’ai mal servi du début à la fin. J’ai essayé, mais c’était très faible, a dit Auger-Aliassime. C’est franchement décevant.»

«Il n’y a pas de grande leçon à tirer ou rien de gros à interpréter pour comprendre ce qui n’allait pas aujourd’hui.»

Par ailleurs, le Québécois a pris une pause pour recevoir des traitements au bras droit pendant la deuxième manche. Après la partie, il s’est fait rassurant. Il a indiqué qu’il ne souffrait d’aucune blessure et qu’il s’agissait plutôt d’un inconfort.

À VOIR AUSSI   

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.