/qubradio
Navigation

Des politiciens signent une lettre ouverte sur les droits des anglophones

CANADA-POLITICS-VOTE-DEBATE
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Des politiciens, dont la députée libérale fédérale Emmanuella Lambropoulos et la mairesse d’arrondissement Sue Montgomery, ont signé une lettre ouverte dénonçant le projet de loi 96.

• À lire aussi: Air Canada: des excuses jugées insuffisantes par le gouvernement Legault

• À lire aussi: Le patron d'Air Canada s'excuse et s'engage à améliorer son français

La missive, rédigée par le Quebec Community Groups Network et adressée au premier ministre François Legault, dénonce la réforme qui priverait des anglophones de services en français.

«Monsieur le Premier Ministre, votre gouvernement ne devrait pas tenter de définir notre communauté ou de limiter son accès aux services gouvernementaux, qu’il s’agisse de services sociaux et de santé essentiels ou du droit de payer ses impôts en anglais. [...] À notre avis, le droit à la communication et aux services en anglais ne devrait jamais être fondé sur l’admissibilité à l’enseignement en anglais», peut-on lire dans la lettre ouverte.

«Notre communauté fait partie intégrante du Québec et elle a le droit de participer pleinement à la société québécoise et de recevoir des services gouvernementaux. Nous ne sommes pas un groupe “historique” folklorique. Nous sommes des Québécois à part entière», ont aussi indiqué les signataires.

Cette position n’a guère surpris le chef du Bloc Québécois, Yves-François Blanchet, qui a abordé la question en marge d’une entrevue accordée à QUB radio jeudi.

«Rappelons-nous qu’il y a neuf députés libéraux du Québec qui, lors de l’adoption de la motion qui disait que le Québec est une nation dont la langue officielle et commune est le français [...] qui se sont abstenus, qui ont pogné un mal de ventre, qui ont disparu momentanément», a-t-il souligné au micro de Philippe-Vincent Foisy.

«Mme Lambropoulos n’en est pas à une première offense en matière de manque de respect pour la langue française et de prétention que le Québec devrait s’angliciser comme tout le monde», a-t-il ajouté en faisant référence au fait que cette dernière a déjà remis en cause la question du déclin du français, alors qu’elle siégeait au Comité permanent des langues officielles. 

  • Écoutez le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, sur QUB radio:   

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions