/opinion/faitesladifference
Navigation

Élections municipales: les villes ont du pouvoir sur votre santé

Bloc medecin
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Au Québec comme ailleurs, les décisions prises à l’échelle municipale ont des impacts majeurs sur la santé humaine. Comme médecins et professionnels de la santé publique, notre diagnostic est clair: la gestion actuelle de la majorité des villes au Québec contribue à rendre les gens malades. Votre vote aux élections municipales du 7 novembre peut faire la différence.  

Il y a plus de 100 ans, les épidémies de choléra et de typhoïde qui faisaient rage n’ont pas été gérées à l’aide d’antibiotiques, mais bien grâce à la construction de systèmes d’aqueduc et d’eau courante. Les plus grands tueurs d’aujourd’hui ne sont plus les maladies infectieuses – hormis la COVID-19 – mais bien les maladies chroniques. Les villes doivent prendre acte de leur responsabilité dans le développement de ces maladies... et de leur pouvoir de changer les choses!   

En septembre dernier, le prestigieux New England Journal of Medicine s’est joint à 18 revues médicales internationales pour sonner l’alarme: l’échec des décideurs à combattre la crise climatique constitue la plus grande menace à la santé publique au 21e siècle. Alors que les villes québécoises ont acquis des nouveaux pouvoirs fiscaux en 2018, elles ont les outils pour faire leur part dans l’atteinte des cibles de réduction de gaz à effet de serre.   

Des actions possibles

Au Québec, plus de 4000 personnes meurent prématurément chaque année en raison de la pollution de l’air. À l’échelle du Canada, on estime que la sédentarité coûte 6,8 G$ par année. Or, ce sont des phénomènes sur lesquels les villes peuvent agir. En favorisant la transition de l’automobile vers les transports actifs et collectifs (marche, vélo, métro, etc.), les villes réduisent à la fois la pollution de l’air et les maladies cardio-vasculaires. En augmentant la quantité d’arbres dans les quartiers, le municipal crée des lieux qui encouragent l’activité physique et les rencontres sociales, en plus de lutter contre les îlots de chaleur et la pollution de l’air.    

Durant la pandémie, nous avons observé avec effroi les capacités limitées du réseau de la santé. Pour protéger celui-ci à long terme et éviter l’épuisement de ses travailleuses et travailleurs, il faut prévenir les problèmes de santé avant qu’ils n’atterrissent dans nos urgences. Pour ce faire, tous les secteurs d’activité de la société, y compris les pouvoirs municipaux, doivent agir.   

La santé à l’agenda des partis

À l’aube des élections municipales, nous vous invitons à consulter la plateforme non partisane jevotepourmasante.org pour prendre connaissance des gestes que vous pouvez exiger de vos candidates et candidats pour protéger votre santé: réduction de la pollution sonore, autonomie alimentaire, lutte contre l’exposition aux pesticides, infrastructures pour faciliter l’activité physique hivernale... Les cibles et les engagements proposés reposent sur les plus récentes données scientifiques. Il est essentiel que la santé prenne sa juste place à l’agenda des partis municipaux.  

Dre Roxanne Houde, médecin résidente en santé publique et médecine préventive, Dre Lauréanne Dussault-Desrochers, médecin résidente en santé publique et médecine préventive de Jeunes médecins pour la santé publique, ainsi que 65 associations, médecins et professionnels en santé publique

Jeunes médecins pour la santé publique et 65 associations, médecins et professionnels en santé publique

Signataires:

· Dr Frédéric Tupinier-Martin, médecin résident en santé publique et médecine préventive, Jeunes médecins pour la santé publique

· Dre Roxanne Houde, médecin résidente en santé publique et médecine préventive, Jeunes médecins pour la santé publique

· Dre Lauréanne Dussault-Desrochers, médecin résidente en santé publique et médecine préventive, Jeunes médecins pour la santé publique

· Dre Gabrielle Denault, médecin résidente en santé publique et médecine préventive, Jeunes médecins pour la santé publique

· Dr Pierre Gosselin, professeur de clinique, Faculté de médecine, Université Laval

· Dre Isabelle Goupil-Sormany, médecin-clinicien enseignant et médecin spécialiste en santé publique

· Dr Catherine Dea, médecin spécialiste en santé publique et médecine préventive, École de santé publique de l'Université de Montréal

· David Kaiser, médecin spécialiste en santé publique à Montréal et directeur du programme de résidence en santé publique et médecine préventive à l'Université McGill

· Dr David-Martin Milot, médecin spécialiste en santé publique et médecine préventive, professeur adjoint à l'Université de Sherbrooke

· Dre Johanne Elsener MV MSc C.Q., présidente de Santé Urbanité

· Dre Isabelle Leblanc, professeur adjointe, département de médecine familiale, McGill

· Dre Marie-Laure Hemery, présidente de l’Association des spécialistes en médecine préventive du Québec (ASMPQ)

· Dre Mélissa Généreux, médecin spécialiste en santé à la Direction de santé publique de l'Estrie et à l'INSPQ

· Yv Bonnier Viger, médecin spécialiste en santé publique et médecine préventive, directeur régional de santé publique, professeur Université Laval

· Dre Claudel Pétrin-Desrosiers, médecin de famille, présidente de l’AQME

· Corinne Voyer, directrice de la Coalition québécoise sur la problématique du poids

· Catherine Wolfe, médecin résidente en santé publique et médecine préventive

· Grégory Moullec, chercheur au CR-CIUSSS du Nord-de-l'Île-de-Montréal & professeur associé au département de Médecine sociale et préventive, École de santé publique de l'Université de Montréal

· Dr Paul Rivest, professeur agrégé de clinique, Département de médecine sociale et préventive, École de santé publique de l’Université de Montréal

· Luc Bhérer M.D., médecin spécialiste en médecine du travail aux directions de santé publique de la Capitale-Nationale et du Nunavik

· Dre Louise Lajoie, médecin spécialiste en santé publique, Service de protection maladies infectieuses et santé environnementale, Direction de santé publique du CISSS de Lanaudière

· Dre Sara Jeanne Pelletier, médecin résidente en santé publique et médecine préventive

· Marie-Pierre Sylvestre, professeure agrégée, École de santé publique de l'Université de Montréal

· Benoît Corriveau, médecin résident en santé publique et médecine préventive

· Dre Alex-Ane Mathieu, médecin résidente en santé publique et médecine préventive

· Dre Marianne Bouvrette, médecin résidente en santé publique et médecine préventive

· Marianne Boisvert Moreau, médecin résidente en santé publique et médecine préventive, Université Laval

· Dr Guillaume Vandal, médecin résident, Université de Sherbrooke

· Dre Alexandra Paradis, médecin spécialiste en santé publique et médecine préventive au CISSS des Laurentides

· Dre. Anne-Sara Briand, médecin résident en santé publique et médecine préventive

· Malek Batal, PhD, professeur au Département de nutrition de la Faculté de médecine et professeur associé au Département de médecine sociale et préventive de l'école de santé publique de l'Université de Montréal. Titulaire de la chaire de recherche du Canada sur les inégalités en nutrition et santé.

· Dre Catherine Aubut, médecin spécialiste en santé publique

· Dre Gabrielle Bureau, médecin spécialiste en santé publique et médecine préventive, Direction de santé publique des Laurentides

· Céline Campagna, PhD, professeure associée au Département de médecine sociale et préventive, Université Laval

· Dr Alexandre Coderre, médecin résident en santé publique et médecine préventive

· Dr Paul Le Guerrier, médecin conseil à la Direction régionale de santé publique de Montréal

· Dre Emilie Croteau, physiatre pédiatrique, CHU de Québec UL et CIUSSS-CN

· Nathalie Lacasse, agente de planification, programmation et recherche

· Dr Jean Labbé, professeur émérite de pédiatrie, Université Laval

· Bianca Bourdeau, agente de planification, programmation et recherche

· Réal Morin, médecin spécialiste en santé publique et médecine préventive

· Dre Julia Pinheiro Carvalho, médecin résidente en santé publique

· Dr Nicholas Chadi, professeur adjoint de clinique, Université de Montréal

· Dre Mariem Jallouli, médecin résidente en santé publique et médecine préventive

· Dr Robert Perreault, psychiatre et expert en médecine préventive

· Dr Isabelle Nault, cardiologue, Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec

· Dre Gabrielle Vermette, médecin conseil en santé publique

· Faïza Yahia-Messaoud, agente administrative

· Frédérique Baril, agente de planification, programmation et recherche en santé publique au CISSS des Laurentides

· Pascale Bellemare, kinésiologue

· Julie Gagnon, infirmière clinicienne, conseillère en soins et maladie infectieuse, Direction de santé publique des Laurentides

· Dr. Pierre Maurice, médecin spécialiste en santé publique, INSPQ

· Jeanne Bazinet, conseillère en promotion de la santé et du bien-être des jeunes, Direction de santé publique, Centre intégré de santé et de services sociaux des Laurentides

· Virginie Lacoste, Ps.ed, M.i.t, agente de planification de programme et de recherche à la Direction de santé publique de Montérégie, dossier Promotion, prévention des substances psychoactives adultes

· Dr Patrick Morency, médecin spécialiste en santé publique, professeur adjoint de clinique à l'Université de Montréal

· Dr Michel Vézina, médecin spécialiste en santé publique à l'INSPQ, professeur émérite, médecine sociale et préventive, Université Laval

· Dre Marie-Pascale Pomey, professeure au département de gestion, évaluation et politique de santé

· Dr Mathieu Isabel, médecin de famille, CIUSSS-du-Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal

· Denis A. Roy , commissaire-adjoint à l'évaluation, CSBE

· Dre. Monia Ghorbel, médecin spécialiste en santé publique, Direction régionale de la santé publique de la Montérégie, CISSS de la Montérégie-centre

· Marie-Eve Thériault, adjointe au directeur de santé publique

· Dre Manon Toupin, médecin spécialiste en santé publique et médecine préventive

· Dr Denis Laliberté, professeur agrégé, Département de médecine sociale et préventive, Faculté de médecine, Université Laval

· Line D'Arcy, agente administrative, Direction de santé publique des Laurentides

· Stéphanie Benoit, APPR dans l'équipe prévention-promotion Santé publique des Laurentides

· Pier-Alexandre Vasil, médecin résident en santé publique et médecine préventive

· Dre Paule Lebel, médecin spécialiste en santé publique et médecine préventive, DRSP de Montréal

· Dre Annie Li, médecin de famille, DESS en santé publique

· Dr Jean-Sébastien Touchette, médecin-conseil en maladies infectieuses, Direction de santé publique des Laurentides

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.