/news/transports
Navigation

Électrification des transports: le revers de la médaille

Coup d'oeil sur cet article

L’enveloppe de 5 milliards de dollars annoncée par le gouvernement Legault mercredi pour l’électrification des transports en commun a réjoui bon nombre de sociétés de transport, mais en a laissé certaines autres sur leur appétit.

• À lire aussi: Hydro-Québec se battra à coup de millions $ pour défendre son projet

• À lire aussi: Nos voisins s’intéressent à la filière électrique

L’aide ne concerne que les neuf plus importants services de transport en commun. Ainsi, il n’y aura rien pour celui de la ville de Shawinigan, opéré en sous-traitance par le transporteur privé Autobus Fleur de Lys.

«Oui, c’est frustrant. Nous aussi, on aimerait participer à l’effort collectif au niveau du CO2. Par contre, il faut que les enveloppes budgétaires suivent et dans le privé, quand on a des contrats avec les municipalités ou avec les MRC, ce n’est pas accessible pour nous», a déploré Georges Morissette, président de l’entreprise.

La Ville de Shawinigan entend demander des explications à Québec.

Mobilité électrique Canada a observé, de son côté, que le défi de l’électrification ne réside pas tant dans la disponibilité et la fiabilité des véhicules que dans les infrastructures des sociétés de transport. «C’est de s’assurer que les garages qui ne sont pas tellement adaptés aux technologies des autobus électriques puissent l’être», a noté Daniel Breton, ex-ministre de l’Environnement du Québec.

La Société de transport de Trois-Rivières (STTR), qui est l’une des bénéficiaires de l’enveloppe de 5 milliards devra débourser, quant à elle, jusqu’à 22 millions de dollars sur 10 ans pour agrandir son centre de service et se doter de puissants équipements de recharge électrique.

Sans parler des coûts occasionnés par l’acquisition d’autobus électriques, qui avoisine le 1,2 million de dollars pièce contre 1 million pour un véhicule hybride. La moitié de sa flotte de 60 autobus devra être entièrement électrique d’ici 2030.

L’annonce du gouvernement a cependant été accueillie avec soulagement par la STTR.

«On est heureux de cette annonce-là. C’est quelque chose qu’on demandait depuis longtemps. Notre association avait fait des démarches auprès du gouvernement concernant l’électrification et l’amélioration de nos garages. En fait, c’est une très bonne nouvelle», s’est réjoui le président de la STTR, Michel Byette.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.