/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Quand Trois-Rivières donne l'exemple

Rita Lafontaine
Photo Serge Lapointe Rita Lafontaine

Coup d'oeil sur cet article

Durant quelques siècles, presque tous les saints du ciel furent convoqués pour nommer nos rues et nos villes.

La Révolution tranquille a tout bouleversé. Par chance, car on aurait pu se trouver rapidement à court de saints tant le pape François se fait mesquin maintenant sur les canonisations. Désormais, ce sont surtout les politiciens qui ont la cote des comités de toponymie. Les corps de René Lévesque et de Robert Bourassa étaient à peine refroidis que leurs noms avaient délogé ceux de Dorchester et University à Montréal. Ironie du sort, ces deux hommes politiques avaient toute leur vie croisé le fer.

Sans doute soucieux de passer eux-mêmes à la postérité, les politiciens s’empressent d’honorer ceux qui les ont précédés lorsqu’il s’agit de nommer une rue ou une place. À Paris, Londres ou Berlin, on cherche souvent à honorer une personnalité culturelle, militaire ou scientifique plutôt qu’une personnalité politique.

RITA LAFONTAINE IMMORTALISÉE

La Ville de Trois-Rivières est une heureuse exception. C’est ainsi qu’elle n’a pas tardé à rendre hommage à l’actrice Rita Lafontaine, son enfant chérie, décédée en 2015. Rita, comédienne fétiche de Michel Tremblay, fut la vedette d’À toi pour toujours, ta Marilou et d’Albertine en cinq temps. C’est à elle aussi qu’on doit d’avoir convaincu l’Université du Québec à Trois-Rivières de créer un certificat en interprétation théâtrale.

Cette année, cinquième anniversaire de sa mort, Trois-Rivières a dévoilé un grand vitrail représentant la comédienne et inauguré la place Rita-Lafontaine, située entre la Bibliothèque Gatien-Lapointe et le parc Champlain. Une grande pierre posée au sol rappelle les faits marquants de la carrière de Rita.

Il y a quelques années, la Ville de Waterloo (où je suis né) a posé sur le parterre de chacune de ses maisons centenaires une plaque relatant leur histoire. Du coup, cette petite ville des Cantons-de-l’Est sans charme particulier a vu des dizaines de touristes curieux s’arrêter afin de faire le tour des vieilles demeures.

Je n’ai rien contre la pratique d’honorer des femmes et des hommes politiques en donnant leurs noms à des rues, mais ne pourrait-on pas faire une meilleure place aux artistes et aux auteurs ? Maintenant qu’on a compris que la population voit d’un bon œil qu’on honore des vedettes sportives comme Jean Béliveau et Guy Lafleur ?

ON VEUT SAVOIR

Il ne suffit pas de nommer une rue en l’honneur d’un personnage important, encore faut-il que les générations futures puissent savoir de qui il s’agit. C’est très frustrant d’arpenter des rues en se demandant qui étaient les Journault, Carignan, Julien, Hutchison, Clarke et compagnie. Pour l’instant, Châteaubriand, Christophe Colomb, saint Joseph et saint Antoine, on sait qui ils étaient, mais ceux-là ?

Il suffirait d’inscrire quelques mots sur les plaques de nos rues pour qu’on puisse profiter pleinement de nos randonnées urbaines. Comme il suffirait d’apposer une modeste plaque sur les maisons qu’ont habitées nos plus grandes personnalités pour que Montréal et n’importe quelle autre ville deviennent de véritables livres d’histoire pour qui s’y promène. Quel beau complément ça serait pour le cours de culture et citoyenneté québécoise que veut instituer le ministre de l’Éducation !

En attendant qu’on puisse un jour arpenter la rue Claude-Poirier ou croiser un poste de police à son nom, de petits futés comme Sébastien Fournier (aucun lien de parenté), chef d’orchestre du festival de Petite-Vallée, et Frédéric Desjardins, parolier, lui rendent hommage en musique.


Pour écouter cet hommage aussi sympathique qu’amusant, consulter le lien suivant : www.facebook.com/luminolmusique/videos/997368781047879

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.