/news/society
Navigation

Sherbrooke : Un refuge encore contraint de fermer une nuit, faute de personnel

Coup d'oeil sur cet article

Le refuge du Partage St-François, à Sherbrooke, devra encore fermer ses portes dans la nuit de dimanche à lundi, faute de personnel. 

C'est la deuxième fois en autant de fins de semaine que le directeur général de l'organisme, Sébastien Laberge, se voit contraint de fermer.
Le manque de financement récurrent de l'organisme l'empêche de bien rémunérer ses intervenants, qui finissent par démissionner.

«Dans la nuit de dimanche à lundi, il va y avoir 27 lits vides à l'intérieur de l'accueil Poirier, donc 27 personnes qui vont dormir dehors, qui n'auront pas service, qui vont vivre de la détresse et tout ça, malheureusement, parce que je n'aurai aucun intervenant pour les accueillir à l'intérieur de mes services», a expliqué Sébastien Laberge.

La situation est la même depuis des mois, mais personne ne semble pouvoir ou vouloir la régler une fois pour toutes. M. Laberge a confié avoir reçu des offres d'aide, mais rien de suffisant.

«Malheureusement, les offres d'aide qu'on a sont ponctuelles et ne permettent pas de résorber la problématique qu'on vit», a-t-il déploré.

Le CIUSSS de l'Estrie-CHUS ne peut financer davantage la ressource

Par courriel, le CIUSSS de l’Estrie-CHUS – qui a refusé une demande d’entrevue de TVA Nouvelles – a affirmé ne pas pouvoir aider davantage l’organisme avec son Programme de soutien aux organismes communautaires (PSOC), tributaire des investissements gouvernementaux.

À ce jour, la totalité du budget disponible est répartie entre les 197 organismes communautaires du territoire.

Les organismes communautaires se retrouvent aussi malheureusement dans une situation difficile sur le plan de la disponibilité des ressources humaines, a ajouté le CIUSSS.

Pour la députée de Québec solidaire dans Sherbrooke, Christine Labrie, cette situation pourrait être résorbée si le gouvernement rehaussait le financement aux organismes communautaires.

«Le rehaussement récurrent des organismes communautaires leur permettrait de bonifier leurs salaires et donc leur permettrait d'afficher des postes qui seraient concurrentiels avec ceux dans le réseau de la santé», a-t-elle fait valoir.

Québec promet d'agir

Au cabinet du ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, on affirme qu'en aucun cas, on ne souhaite voir des citoyens à la rue en raison d’un manque de ressources.

Un plan d'action en itinérance a d'ailleurs déjà été présenté dans les dernières semaines, avec une enveloppe de 280 millions $ sur 5 ans.

Avec ce plan, le gouvernement pourra financer directement des organismes, comme le Partage St-François, qui œuvrent auprès de la clientèle itinérante.

La ventilation régionale et sectorielle sera réalisée prochainement.

Diminution de services au Partage

En attendant, le conseil d'administration du Partage St-François a adopté un plan de restructuration pour lui permettre entre autres plus de prévisibilité et éviter ces fermetures de dernières minutes.

Il prévoit aussi réduire de 25 % son offre de service. «On prévoit des fermetures systématiques du refuge les weekends huit mois par année, pour réussir à maintenir le refuge l'hiver, a expliqué Sébastien Laberge. Certains services déménageront également dans des lieux plus petits. Le nombre de lits sera réduit et le nombre d'employés également.»

Comme plusieurs postes ne sont pas pourvus en ce moment, aucun employé ne perdra son emploi.

«Cette restructuration nous permettra d'affecter nos budgets disponibles pour offrir de meilleures qualités d'employabilités pour retenir notre personnel», a-t-il ajouté.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.