/opinion/columnists
Navigation

Quand Justin nous refile la facture

Justin Trudeau
Photo d'archives, AFP Justin Trudeau

Coup d'oeil sur cet article

L’inflation devient rapidement l’ennemi économique numéro un. Son symptôme est la hausse soutenue du niveau général des prix. Mais le vrai mal, c’est l’érosion progressive du pouvoir d’achat. L’inflation, c’est l’appauvrissement généralisé des populations.

Vérité

Dans son plus récent rapport sur l’économie canadienne, la Banque centrale (BC) incrimine les perturbations de l’approvisionnement, les prix de l’énergie et l’enthousiasme des consommateurs. Mais il ne s’agit que de vulgaires prétextes, un « show de boucane », car la vérité est ailleurs.

La vérité est que l’inflation est un phénomène monétaire qui survient lorsque la quantité de monnaie créée par la BC augmente plus vite que la production.

Or, il s’avère que la BC a injecté énormément de liquidités pour acheter les obligations que le gouvernement fédéral a émises afin de financer les dépenses éléphantesques de Justin Trudeau. Entre mars et décembre 2020, elle a acheté pour 180 milliards d’obligations du fédéral. Depuis, elle en achète entre 2 et 5 milliards par semaine.

Le mantra de Justin est de vouloir « aider les familles canadiennes ». Il le répète inlassablement, voire mécaniquement, à chacune de ses allocutions. Mais financer ses dépenses via l’injection de liquidités, ce que la BC appelle l’assouplissement quantitatif, est un cadeau empoisonné. C’est même de l’escroquerie !

Appauvrissement

À court terme, Justin a sournoisement acheté des votes en dépensant sans compter. À moyen terme, il nous a refilé la facture de sa réélection puisque l’assouplissement quantitatif génère une inflation qui appauvrit les familles.

Maintenant, les autorités affirment vouloir lutter contre l’inflation. Mais pourquoi le feraient-elles ? D’une part, l’inflation permet à l’État de percevoir plus d’impôts indirects. D’autre part, l’inflation agit comme un abrasif impitoyable sur la dette galopante d’Ottawa.

Ainsi, tant que la BC monétisera les déficits abyssaux d’Ottawa, nous nous appauvrirons. Si Justin veut sincèrement « aider les familles », qu’il cesse donc de dépenser comme un ivrogne !