/world/america
Navigation

La fusillade au Mexique freine l’enthousiasme des touristes

Coup d'oeil sur cet article

La fusillade qui a causé la mort, jeudi, de deux narcotrafiquants sur une plage touristique de Cancún, au Mexique, a freiné l’enthousiasme de plusieurs touristes qui s’apprêtaient à s'envoler dans les prochaines heures vers cette destination soleil. 

• À lire aussi: Cancun, Tulum, Acapulco : plage, sexe et fusillades

• À lire aussi: Biden favorable à des compensations pour les familles de migrants séparées sous Trump

• À lire aussi: 5 millions de dollars pour toute information menant à la capture du frère d'«El Chapo»

«C’est sûr que ce n’est pas trop intéressant, mais on y va quand même. Nous, on est au Club Med et on va rester là et espérer que tout se passe bien», a mentionné un voyageur à quelques minutes de son vol vers le Mexique.

Il s’agit du deuxième événement à survenir en quelques jours seulement dans une station balnéaire au Mexique. Samedi matin, à Montréal, les avis étaient partagés parmi les Canadiens qui allaient prendre l’un des deux vols vers ce pays.

  • Écoutez la chronique de Félix Séguin au micro de Richard Martineau sur QUB radio :

«On s’en va pour se reposer et jouer au golf donc je ne suis pas vraiment inquiète, mais c’est sûr qu’on a ça en tête et on va faire attention sur la plage», a témoigné une femme présente à l’aéroport international Montréal-Trudeau.

«Le fait de parler espagnol aide un peu, mais oui c’est inquiétant», a indiqué un autre voyageur.

Le Canada n’a pas émis d’avertissement pour la péninsule du Yucatán, mais des avertissements sont en vigueur pour les secteurs plus au nord et à l’ouest.

L’Espagne et la France ont recommandé à leurs concitoyens de faire preuve d’une extrême prudence s’ils décident de voyager au Mexique.

Pour ce qui est de l’Allemagne, elle a demandé d’éviter Tulum à tout prix.

Selon la journaliste Josiane Desjardins, la présence de gangs à ces endroits s’explique par la demande de drogue chez les mieux nantis.

«Les deux derniers événements se sont produits dans des zones touristiques où il y a beaucoup d’affluence et les gens sont prêts à payer pour des services au restaurant et dépenser dans les bars. Possiblement dans certains cas, il y a une demande pour la drogue. Je ne pense pas qu’il n’y a personne qui peut épargner de ce type d’événement là», a expliqué la journaliste au Mexique.

À VOIR AUSSI: