/opinion/columnists
Navigation

Pourquoi Xi Jinping était-il absent de la COP26?

Pourquoi Xi Jinping était-il absent de la COP26?
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

On pourrait croire que le gouvernement chinois ne se préoccupe pas de l’environnement, que l’absence de Xi Jinping à la COP26 démontre une certaine nonchalance face au réchauffement climatique. Il n’en est rien. 

L’absence de Xi tient très probablement à des raisons de politique intérieure. D’ailleurs, les problèmes environnementaux sont trop visibles en Chine pour être ignorés. Néanmoins, l’avenir environnemental de la Chine demeure inconnu et, par conséquent, l’avenir de la planète aussi. La question est la suivante : le régime totalitaire chinois est-il capable d’appliquer les politiques requises pour régler ce problème ? La réponse est : plus ou moins. Il fait et fera pire que les régimes démocratiques.

1. Pourquoi Xi Jinping était-il absent de la COP26?  

Joe Biden a souligné que l’absence de Xi était une erreur. Si Xi a préféré être absent, ce n’était ni parce que la Chine n’avait rien de neuf à offrir ni parce que le président chinois redoutait les critiques. Xi était absent parce qu’il a besoin de demeurer en Chine pour consolider son pouvoir. D’ailleurs, Xi n’a pas quitté la Chine depuis 21 mois. Il doit aussi s’assurer que le 6e Plénum du Parti communiste chinois qui s’ouvrira le 8 novembre l’aidera à demeurer au pouvoir pour un troisième mandat, en dépit de toutes les gaffes dont il est directement responsable, du Xinjiang, à Hongkong, en passant par la gestion de la COVID-19.

2. Que fait la Chine pour contrer le réchauffement climatique?  

La Chine fait à la fois beaucoup et pas assez. Chaque année, les nouvelles émissions chinoises de gaz à effet de serre annulent une partie des progrès réalisés dans les pays industrialisés. En ce sens, les nouvelles émissions de gaz à effets de serre de la Chine sont dangereuses pour l’avenir de la planète. Mais en même temps, la Chine augmente rapidement sa production d’énergie verte. Pas assez rapidement cependant pour soutenir sa croissance économique. Ainsi depuis un an, la production énergique totale de la Chine a augmenté d’environ 11 %. Mais 78 % de cette augmentation provenait de sources thermiques et seulement 22 % de sources vertes.

3. En quoi le totalitarisme nuit-il aux politiques environnementales?  

Un gouvernement totalitaire n’est pas nécessairement plus efficace qu’un gouvernement démocratique. En fait, c’est plutôt l’inverse. Un gouvernement totalitaire, centralisé et centré sur le culte d’une personne, comme en Chine, aboutit à des dysfonctionnements insurmontables. Par exemple, de crainte de déplaire et de se faire emprisonner, les fonctionnaires y ont tendance à falsifier les chiffres. Les dirigeants incompétents n’y sont pas dénoncés par le public ou par les journalistes. Les mauvaises politiques perdurent, surtout si elles proviennent directement du grand leader. Or, c’est bien ce genre de logique qui est à l’œuvre en Chine dans le secteur de l’environnement. 

4. Pourquoi la Chine n’a-t-elle pas appris des erreurs des pays industrialisés?  

La Chine n’a pas appris des erreurs des pays industrialisés pour deux raisons. D’abord, elle a voulu copier le mode de vie américain. Ensuite, dès les années 90, Jiang Zemin, qui était alors président de la Chine, a promis une voiture à chaque famille chinoise. C’est que lui-même venait du secteur de l’industrie automobile et que cette industrie est très industrialisante.

5. Comment le problème environnemental est-il perçu?  

Les dirigeants chinois raisonnent en termes marxistes. Ils sont persuadés que les progrès scientifiques résoudront tous les problèmes. Le réchauffement climatique est vu comme une opportunité pour développer de nouvelles activités industrielles.