/news/politics
Navigation

Élections municipales: cafouillage à Sainte-Marthe-sur-le-Lac

francois-robillard
Hugo Duchaine / JdeM François Robillard entouré de membres de son équipe à Sainte-Marthe-sur-le-Lac, attendant les résultats au restaurant l'Usine. Il avait une confortable avance à minuit.

Coup d'oeil sur cet article

Le dépouillement extrêmement lent des votes à Sainte-Marthe-sur-le-Lac a tellement exaspéré les candidats à la mairie, que deux aspirants ont quitté leur rassemblement pour venir voir ce qui se passait à l’Hôtel-de-Ville.  

• À lire aussi: Valérie Plante défait Denis Coderre et est réélue mairesse de Montréal

• À lire aussi: Catherine Fournier nommée mairesse de Longueuil

• À lire aussi: Tous les développements des élections municipales

C’est finalement l’ex-conseiller municipal François Robillard qui a facilement remporté la mairie, mettant ainsi fin à 16 ans de règne de Sonia Paulus. 

Il a obtenu 75 % des voix et tous les conseillers de son équipe ont eux aussi été élus. Mais ce résultat s’est longuement fait attendre. 

Pratiquement aucun bureau de vote n’avait été dépouillé deux heures après la fermeture des bureaux de scrutin, alors qu’au même moment, la majorité des villes de la province connaissait déjà le résultat de son élection. 

Inquiets et impatients, alors que les résultats sortaient à pas de tortue, deux des trois candidats se sont rendus directement sur les lieux du dépouillement à l'Hôtel-de-Ville. Autant pour Hubert Bastien que François Robillard, il s’agissait d’un autre exemple des problèmes qui plombent la municipalité ces dernières années. 

Sur place, les scrutateurs n’étaient pas en mesure d’expliquer les délais. 

« Quand je dis qu’il y a un problème de gestion à Sainte-Marthe-sur-le-Lac, ça va jusque-là », a lancé avec découragement M. Bastien. 

« C’est incompréhensible [...] Ça témoigne d’un manque d’organisation », a déploré à son tour M. Robillard. 

Mairesse critiquée

En 2017, Sonia Paulus avait été reconduite à la mairie avec plus de 70 % des voix. Mais ce quatrième mandat aura été houleux, marqué par une inondation et une suspension imposée cet automne par la Commission municipale du Québec, pour un manquement à l’éthique. 

La crue printanière record de 2019, qui a entrainé le bris d’une digue et inondée plus 6000 résidents, a laissé des cicatrices marquant cette élection. Une trentaine de poursuites de plusieurs millions de dollars ont été intentées contre la Ville pour sa gestion de la digue. Des problèmes de sols argileux, où les fondations s’affaissent, inquiètent aussi de nombreux propriétaires. 

Pour reconquérir les électeurs, l’Équipe Paulus promettait un gel de l’impôt foncier et la construction d’un centre aquatique.  

Ses adversaires étaient François Robillard, un conseiller municipal depuis 16 ans, et Hubert Bastien, un ex-consultant et directeur chez Canadien National. Les deux candidats ont fait de l’eau potable leur priorité.

Plus de transparence

« Les citoyens étaient tannés, c’est un message clair [...] pendant le dernier mandat, les citoyens ont été laissés de côté », a souligné M. Robillard. Selon lui, les résidents ont opté pour du changement, alors que tous les membres de son équipe étaient en tête dans les postes de conseillers.  

Il promet de tenir rapidement une séance d’information pour les résidents sur le projet de centre aquatique, approuvé par l’ex-mairesse qui croyait à tort qu’elle pourrait utiliser l’argent de la taxe sur l’essence. 

« Pour vraiment que les citoyens soient informés », a-t-il dit, promettant justement une administration plus transparente avec la population.

À VOIR AUSSI...       

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.