/misc
Navigation

Florida chérie, nous revoici!

0309 VOY - floride
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Dès minuit, les frontières terrestres avec les États-Unis rouvriront. Plus rien n’empêchera le snowbird d’aller se réfugier dans ses quartiers d’hiver.

• À lire aussi: Des snowbirds campent près de la frontière

Plusieurs les envieront ces automobilistes en file aux postes frontaliers de se sauver du frette. Les éco-anxieux, eux, en feront des boutons.

Le voyageur retrouvera le douanier américain qui a autant d’humour qu’un gardien de prison. Avoir donc ses documents en main, passeport vaccinal inclus, en version anglaise de préférence. Le douanier maîtrise le français aussi bien que Michael Rousseau, notre PDG d’Air Canada.

Vous avez voyagé à l’étranger récemment ? Assurez-vous d’être demeuré au moins 15 jours en sol canadien avant d’entrer aux États, sinon vous serez refoulés.

Une fois du côté américain, le thermos de café bien rempli et la musique dans le tapis, en route vers le soleil !

Avoir la pédale douce, les policiers se sont sûrement ennuyés des Canadians et doivent frétiller, garés sur l’accotement, le radar à la main.

Reste à prendre son mal en patience, la route semble parfois interminable. Surtout les deux États de la Caroline qui n’en finissent plus. Et la vue de drapeaux des confédérés qui bordent certains tronçons de l’Interstate 95 nous rappelle que nous sommes en territoire trumpiste. Au royaume de la casquette rouge vissée sur la tête et de la doctrine QAnon.

Gardons-nous de les contrarier, ils ont le doigt nerveux sur la gâchette.

  • Écoutez l'entrevue de Richard Martineau avec Danièle Lorain, chroniqueuse au Journal de Montréal sur QUB radio :

On se calme le beach party !

La Floride demeure un État très touché par la pandémie et le gouverneur De Santis est fâché contre les mesures sanitaires.

Personne ne veut se retrouver à l’hôpital aux États. Le service est plus rapide que chez nous, mais les frais médicaux peuvent vous ruiner. Il serait judicieux de relire son contrat d’assurance avant de partir. D’un ennui mortel, certes. Mais avoir l’esprit en paix une fois les orteils dans le sable, ça n’a pas de prix.

Bon voyage !