/world/usa
Navigation

Trois heures d'attente à Saint-Bernard-de-Lacolle

Les É.-U. accessibles par voie terrestre aux voyageurs vaccinés

Coup d'oeil sur cet article

À 8h50, l'attente est de 3 heures au poste frontalier de Saint-Bernard-de-Lacolle.

• À lire aussi: Ruée vers la frontière: «c'est très long!»

• À lire aussi: Des snowbirds campent près de la frontière

Les États-Unis ont rouvert à minuit leurs frontières terrestres aux voyageurs canadiens pleinement vaccinés contre la COVID-19, mettant fin à 20 mois de restrictions.  

Depuis le 9 août dernier, rappelons que la frontière canadienne a été rouverte aux voyageurs non essentiels en provenance des États-Unis qui sont entièrement vaccinés.  

« Nous reconnaissons que des gens pleinement vaccinés ne posent pas autant de risques dans cette quatrième vague, c’est une vague qui affecte presque uniquement les personnes non vaccinées », avait alors justifié le premier ministre du Canada Justin Trudeau.  

Il aura fallu attendre jusqu’à lundi pour que la mesure soit réciproque. Avec la progression du variant Delta aux États-Unis, le président américain Joe Biden avait préféré retarder l’ouverture des frontières. Et ce, malgré la pression de plusieurs élus américains dans des états voisins du Canada qui exigeaient le retour des touristes canadiens depuis plusieurs mois.  

« Il est temps pour nos gouvernements d’écouter les experts et de partager un plan basé sur des faits pour réunir les familles, reprendre les opérations normales à la frontière et restaurer nos économies interconnectées », avait plaidé l’élu démocrate de l’État de New York Brian Higgins en juin dernier. 

Impatients de partir pour les États-Unis, des snowbirds n’ont d’ailleurs pas tardé à camper à 2,5 km de la frontière en attendant le feu vert.     

  • Écoutez l'entrevue de Philippe-Vincent Foisy avec le snowbird Robert Leriche, dans la file d'attente à Lacolle, sur QUB radio:    

Surveillance accrue 

L’entrée aux États-Unis par voie terrestre ne sera pas totalement libre puisque les autorités surveilleront le statut vaccinal des voyageurs. Le test de dépistage négatif ne sera toutefois pas exigé. 

La levée des restrictions se fera en deux temps. 

À partir de lundi, les personnes venant pour des raisons jugées non essentielles pourront traverser la frontière du Canada à condition d’être doublement vaccinées.  

Les personnes venant pour des motifs impérieux — par exemple les chauffeurs routiers — en seront dispensées jusqu’en janvier, après quoi elles devront être vaccinées. 

Retour au Canada 

Pour revenir au Canada, tous les voyageurs de cinq ans et plus doivent subir un test moléculaire, comme le test PCR, aux États-Unis dans les 72 heures avant leur retour.

Le gouvernement exige également d’avoir en main l’application ArriveCAN. Ce faisant, les voyageurs vaccinés n’auront pas à subir la quarantaine. 

Que vous faut-il pour entrer aux États-Unis? 

Depuis minuit, ce lundi 8 novembre, il est possible pour les Canadiens de traverser la frontière terrestre pour se rendre aux États-Unis, et ce, plutôt aisément.

Effectivement pour pouvoir entrer chez nos voisins du sud par la route, les Canadiens n’ont qu’à présenter leur preuve de vaccination (par l’application VaxiCode) ainsi que leur passeport, explique Éric Boissonneault, vice-président de l’Association des agents de voyage du Québec, en entrevue au Québec Matin. 

«La preuve de vaccination du Québec fonctionne, ces deux seuls outils- là vous permettent de rentrer aux États-Unis de façon terrestre, parce que ce qui est pour l’aviation, c’est autre chose », précise-t-il.

Afin d’avoir accès à un vol vers les États-Unis, M. Boissonneault suggère d’avoir en main sa preuve de vaccination.

«Il faut rajouter un test antigène produit moins de 72 heures avant votre heure de départ, et c’est une obligation, sinon, vous allez être repoussé à l’enregistrement. Test antigène, preuve de vaccination et passeport.»  

Le test antigène est également moins dispendieux que le test PCR, et tourne autour d’une soixantaine de dollars.

  • Écoutez l'entrevue de Richard Martineau avec Danièle Lorain, chroniqueuse au Journal de Montréal sur QUB radio :

Retour au Canada

Le retour à la maison est légèrement plus compliqué pour les Canadiens puisqu’ils doivent fournir plus de documents, dont le résultat d’un test PCR.

«Si vous présentez un test antigène, ils vont vous repousser à l’enregistrement. Ça prend un PCR produit 72 heures et moins avant l’heure sur votre billet d’avion. Ça prend aussi l’application ArriveCan et votre passeport», précise-t-il. 

Heureusement, l’accès aux tests PCR aux États-Unis est plutôt facile et les prix varient énormément. Certains peuvent coûter 200$ alors que d’autres peuvent être même gratuits. 

Selon M. Boissonneault, l’important est de valider le délai de livraison des résultats du test, afin de pouvoir prendre un vol. 

«C’est vraiment ce qui est important, mais oui on peut le trouver gratuitement dans les pharmacies aux États-Unis!»

Si le gouvernement canadien considère qu’il n’y a plus de quarantaine pour les enfants qui reviennent au pays, il n’en demeure pas moins que ceux-ci ne pourront pas fréquenter l’école ni la garderie pendant deux semaines. 

Par ailleurs, les mesures et les règles mises en place dans chaque pays en raison de la pandémie ne sont jamais les mêmes et peuvent représenter un casse-tête pour les voyageurs. 

«On veut aller en Afrique, en Croatie, en Turquie, chaque pays est différent. Pour le même prix que sur Internet, faites affaire avec un professionnel, il y a un humain qui va vous répondre au bout de la ligne», conseille Éric Boissonneault.

À VOIR AUSSI