/news/politics
Navigation

Mairie de Trois-Rivières: victoire convaincante de Jean Lamarche

Coup d'oeil sur cet article

Jean Lamarche a gagné son pari en remportant la mairie de Trois-Rivières pour une deuxième fois en 2 ans et demi, dimanche soir, sous les chauds applaudissements d’une centaine de supporters.

• À lire aussi: [EN DIRECT] Suivez tous les développements des élections municipales

• À lire aussi: [EN DIRECT] Voici tous les détails sur les élections municipales dans la région de Québec

Le suspense n’a pas duré longtemps dans la ville de 140 000 habitants, où M. Lamarche amassait plus de 60 % des voix en fin de soirée.

«Les gens vont vraiment être surpris de voir comment on va concilier l’environnement, la qualité de vie et le développement économique; c’est ça le défi des prochaines années», a exprimé celui qui est en poste depuis mai 2019, lors d’une mêlée de presse après sa victoire, au Complexe Laviolette.

Il s’agira cette fois d’un mandat de 4 ans pour M. Lamarche, qui avait été élu en mai 2019 alors que le maire Yves Lévesque avait démissionné à la fin de 2018. «Les gens ont bien compris le signal, comptez sur moi et mon équipe pour faire avancer cette ville, a ajouté M. Lamarche. Trois-Rivières va retrouver toutes ses lettres de noblesse.»

Photo COURTOISIE ÉQUIPE JEAN LAMARCHE

Sa principale adversaire, Valérie Renaud-Martin, qui espérait devenir la première mairesse de l’histoire de la ville, a récolté un peu moins de 40 % des voix.

«J’ai été surprise par la rapidité avec laquelle on a annoncé les résultats, mais j’accueille cela avec beaucoup d’humilité, a affirmé celle qui a été conseillère municipale pendant quatre ans et qui tenait sa soirée dans un cabaret rempli au centre-ville. C’est la population qui décide, mais je vais continuer à m’impliquer.»

Le troisième candidat à la mairie, Gilles Brodeur, avait de son côté récolté 1,5% des voix au moment d’écrire ces lignes. Ce dernier est administrateur en informatique pour Hydro-Québec.

La relance économique postpandémie et l’accessibilité aux activités récréatives et sportives étaient les deux principaux enjeux de la campagne électorale à Trois-Rivières.

Jean Lamarche misait beaucoup sur l’après-pandémie. «C’est beaucoup plus qu’une relance économique, c’est une relance économique verte. Il faudra concilier l’avenir en pensant à l’achat local et à l’environnement», avait expliqué Mme Lamarche, dans la dernière semaine de la campagne.

L’homme de 49 ans misait aussi sur son bilan: réfections de la salle J.-Antonio-Thompson, de l’aérogare et du port de Trois-Rivières ainsi que l’arrivée d'une équipe de hockey de la ECHL et la fin de la construction du Colisée Vidéotron.

Pour Valérie-Renaud-Martin, il était prioritaire de construire un centre aquatique et sportif moderne pour tous les citoyens, puisqu’il n’y a pas de piscine municipale intérieure à Trois-Rivières.

«Beaucoup d’enfants et de gens décrochent de la pratique d’activités aquatiques parce que les installations sont inaccessibles ou ne répondent pas à leurs besoins», avait dit Valérie Renaud-Martin à propos de son projet dont les coûts étaient estimés à 30 millions $.

Jean Lamarche promet de son côté de bonifier le projet de piscine au centre communautaire Jean-Noël et de soutenir le cégep financièrement pour construire un bassin récréatif supplémentaire. «Ce sont des projets possibles parce qu’ils sont inscrits à nos budgets et ils correspondent à nos besoins», a-t-il ajouté.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.