/news/politics
Navigation

Sorel remet en selle son maire sortant

Élection minicipale 2021
Jonathan Tremblay / JdeM

Coup d'oeil sur cet article

Le maire sortant Serge Péloquin avait prédit son écrasante victoire contre son seul adversaire, lui permettant d’entamer son troisième mandat.

• À lire aussi: Tous les développements des élections municipales

« La majorité des électeurs ont choisi de me confier une fois de plus le mandat et de poursuivre la transformation et le développement de notre ville », a-t-il lancé à ses troupes hier après sa victoire, au restaurant Les Tire-Bouchons.

« Vous m’offrez maintenant l’opportunité de vous surprendre, au cours des quatre prochaines années de mon mandat. Mais rassurez-vous, c’est pour les bonnes raisons, inquiétez-vous pas », a poursuivi M. Péloquin, à la rigolade.

Près du compte

Le politicien à la chevelure flamboyante a récolté 74,6 % des votes contre son adversaire, l’économiste retraité Jocelyn Daneau (25 %), malgré certains conflits récents au sein de la MRC de Pierre-De Saurel.

Rappelons qu’en 2017, M. Péloquin avait été élu avec 86 % des voix, et avait bon espoir de répéter l’exploit cette année.

Le résultat d’hier soir illustre qu’il n’était pas très loin de la vérité.

« Je suis content. Ç’a été une campagne tout à fait différente des deux premières. Avec la pandémie, on se demandait comment on allait passer notre message aux gens. On devait frapper là où ça compte. On est allé à l’essentiel », a expliqué le maire, quelques minutes après son élection.

Statu quo

Par ailleurs, il est à noter que le conseil municipal à Sorel-Tracy sera identique au précédent, après que les huit même conseillers ont été réélus.

« Le statu quo, ce n’est pas mauvais. Les membres du conseil avec qui je travaille, on travaille bien. C’est sûr qu’il y en a certains qui voudraient que des projets soient priorisés. Les débats se passent surtout là-dessus », a rassuré M. Péloquin.

Celui-ci a cependant juré n’avoir donné son appui à aucun candidat, malgré le fait qu’un membre de sa famille ait été défait dans l’un des districts.

« Je n’ai fait de sortie officielle pour personne, j’ai fait mes affaires à moi, that’s it, that’s all. Je ne me suis affiché avec personne », a-t-il plutôt expliqué.

Campagne d’insultes

Ceux qui ont suivi la campagne soreloise savent que ç’a joué dur entre les deux adversaires, qui se sont traités d’une part « d’illusionniste » et de l’autre d’épandeur de fausses nouvelles.

Le débat télévisé n’a aidé en rien, car les questions ont mené les candidats à la provocation, selon le maire élu.

« Mon intention n’était pas d’aller dans la bouette avec mon adversaire, mais on était constamment dans la provocation au niveau des questions. C’était comme un combat de boxe », a-t-il justifié.

Les deux hommes s’entendaient néanmoins pour dire qu’il fallait rendre la ville plus attrayante pour les touristes et les citoyens.

« On a eu une subvention pour faire des projets de revitalisation. On serait stupide de ne pas en profiter », a-t-il indiqué au Journal.

Du travail

Serge Péloquin a conclu qu’il aurait du pain sur la planche au cours des prochaines semaines.

« Avant de partir en campagne, on avait sur la table à dessin beaucoup de projets majeurs : terrain synthétique, piscine intérieur, complexe portuaire, usine d’hydrogène et tous nos différentes politiques reliées à l’environnement », a-t-il énuméré, tout en affirmant que ces projets reprendront de plus belle.

Seulement 39 % des citoyens de Sorel-Tracy se sont présentés aux urnes, contrairement à un taux de 57 % en 2017.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.