/world
Navigation

À la COP26, Obama appelle à faire plus et rend hommage aux jeunes

Coup d'oeil sur cet article

La plupart des pays ont manqué d'«ambition» pour mettre en oeuvre l'accord de Paris sur le climat, a regretté lundi l'ancien président américain Barack Obama, appelant à «faire plus» et louant la «colère» de la jeunesse sur la crise climatique.

• À lire aussi: L’Australie s’engage à vendre du charbon pendant encore «des décennies»

• À lire aussi: Changements climatiques: «ça va se jouer dans les dix prochaines années», selon une députée

• À lire aussi: COP26: des véhicules lourds à zéro émission pour le gouvernement québécois d’ici 2040

«La plupart des pays n'ont pas été aussi ambitieux qu'ils auraient dû l'être», a déclaré M. Obama, invité à s'exprimer devant la COP26 à Glasgow, où il a été accueilli par une ovation debout.

Et même s'il a estimé qu'il y avait eu «des progrès» depuis l'accord de Paris en 2015, «nous n'en avons pas fait assez face à cette crise et nous allons devoir en faire plus», a-t-il lancé. «Nous sommes très loin de là où nous devrions être».

Comme l'actuel président Joe Biden, il a regretté l'absence des chefs de l'État chinois et russe à la conférence, jugeant que «s'il y a une chose qui devrait transcender nos différences c'est bien le réchauffement climatique».

AFP

Il a également rendu hommage au mouvement de protestation des jeunes pour le climat et à son égérie suédoise Greta Thunberg, se félicitant qu'il «y (ait) plein de Greta à travers le monde».

«Vous devez rester en colère, rester frustrés, mais vous devez canaliser cette colère et cette frustration et pousser de plus en plus fort pour obtenir toujours plus, parce que c'est ce qui est nécessaire», a-t-il lancé à l'adresse de la jeunesse.

Il a appelé les jeunes à «voter comme si votre vie en dépendait», même s'ils considèrent la politique avec «cynisme», à «faire pression sur les entreprises» et à chercher à «persuader les gens qui ne sont pas d'accord ou qui sont indifférents».

«Nous ne pouvons pas nous permettre le désespoir», a-t-il insisté.