/world/africa
Navigation

Sénégal: un dentiste empoisonne ses 3 enfants et se tue

SENEGAL-POLITICS-PARTIES-OPPOSITION-PDS-DEMO
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Les médias sénégalais se passionnent depuis ce week-end pour un fait divers macabre impliquant un médecin de Dakar en instance de divorce, qui aurait empoisonné ses trois enfants avant de se suicider dans sa clinique.

La violence contre les enfants, motivée par une séparation des parents, est rarement rapportée dans le pays de la côte ouest de l'Afrique. Outre le caractère exceptionnel de ces violences, la façon de procéder du père et le milieu social au sein duquel le drame s'est déroulé ont contribué à ce que cette affaire fasse la une des journaux, selon la presse.

Le père, dentiste, a administré une injection mortelle à ses trois enfants — un garçon et deux fillettes —, avant de se donner la mort en s'ouvrant les veines, ont rapporté les journaux.

En instance de divorce, il partageait la garde des enfants avec son épouse gynécologue et il les voyait le week-end, ont-ils rapporté. Samedi, il est allé les chercher chez leur mère avant de mettre fin à leurs jours et aux siens dans sa clinique de Dakar, toujours selon les journaux.

Les corps ont été découverts dimanche et transférés à l'hôpital pour autopsie, est-il écrit.

Interrogé lundi, le porte-parole de la police, le commissaire Mouhamed Guèye, n'a pas fourni de précision sur l'affaire. «Nous sommes en phase d'enquête. Quand il y a mort d'homme, nous ouvrons une enquête», s'est-il contenté de répondre.

Le dentiste a laissé derrière lui une lettre d'adieu de dix pages adressée à son épouse, selon la presse, qui a repris une partie de la lettre.

Le dentiste y dit ne pas vouloir d'«une descendance issue d'un mariage sans amour», dit le texte.

«Tu m'as dit avoir réfléchi à tous les cas de figure, visiblement, il y en a un qui t'avait échappé», poursuit-il.

Dans un communiqué, le Conseil pour l'observation des règles d'éthique et de déontologie dans les médias (Cored, organe d'autorégulation des médias) a invité les journalistes à «plus de vigilance» et à veiller «au respect des règles d'éthique et de déontologie en matière de traitement d'image».

Cette réaction faisait suite à la publication par certains médias de la photo des trois enfants.

À voir aussi