/news/politics
Navigation

Un ancien député péquiste élu à Terrebonne

Élection minicipale 2021
Photo Jean-François Cloutier

Coup d'oeil sur cet article

L’ex-député péquiste Mathieu Traversy, chef du parti Mouvement Terrebonne, a été élu hier maire de Terrebonne.

Il détrône ainsi Marc-André Plante, de l’Alliance démocratique Terrebonne, qui avait succédé à Jean-Marc Robitaille en 2017.

Mathieu Traversy a fait la promotion durant la campagne d’un style de leadership plus rassembleur que son principal adversaire, Marc-André Plante. Ce dernier ne s’est pas fait que des amis en insistant pendant son premier mandat sur l’importance de renégocier les conditions de travail des pompiers et des cols bleus de la Ville.

En entrevue tout de suite après l’annonce de sa victoire, le nouvel élu à la mairie de 37 ans a souligné l’importance de rebâtir des ponts avec tous les acteurs de la scène municipale de Terrebonne. 

« C’est important de rester connecté avec la population et de faire preuve de transparence », a-t-il dit.

Selon lui, trop de gens ont eu l’impression sous l’ancienne administration d’être placés devant le fait accompli pour des décisions majeures.

Mathieu Traversy a insisté pour dire qu’il voulait contribuer à recréer un climat de confiance à l’hôtel de ville de Terrebonne.

« Les gens de Terrebonne ont hâte qu’on parle de la Ville pour les bonnes raisons, pour le 350e anniversaire qui s’en vient, parce qu’on est une des villes les plus en croissance au Québec », a-t-il dit. 

Un passé trouble à la ville

L’ancien maire de Terrebonne Jean-Marc Robitaille, qui a tenu les rênes de la ville de 1997 à 2016, a encore fait parler de lui durant la dernière campagne.

La juge Nancy McKenna, de la Cour du Québec, a ordonné le 18 octobre un arrêt des procédures contre l’ex-maire à son procès pour corruption et abus de confiance. 

Robitaille avait arrêté par l’UPAC en 2018, en même temps que son ex-chef de cabinet, Daniel Bélec, l’ex-directeur général de la Ville, Luc Papillon, et l’entrepreneur Normand Trudel.

La juge McKenna a ordonné l’arrêt des procédures parce que le ministère public a tenté de cacher des informations sur un témoin clé, sans trancher sur le fond de l’affaire.

Mathieu Traversy a indiqué se garder un peu de réserve avant de déterminer comment sa future administration allait réagir à ce développement.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.