/world/europe
Navigation

La France va pousser ses aînés à prendre une dose de rappel

La France va pousser ses aînés à prendre une dose de rappel
AFP

Coup d'oeil sur cet article

La France va lier le maintien du passeport sanitaire, le document nécessaire pour mener une vie normale au quotidien, à l’injection d’une dose supplémentaire de vaccin contre la COVID-19 pour les plus de 65 ans, a annoncé mardi le président Emmanuel Macron. 

• À lire aussi: Campagne de vaccination: au tour des 70 ans + d’obtenir une 3e dose

Pour les plus de 65 ans, « à partir du 15 décembre, il vous faudra justifier d’un rappel pour prolonger la validité de votre passeport sanitaire », a-t-il déclaré à la télévision, tandis que les contaminations sont reparties à la hausse en France.

Il a également annoncé que la possibilité de se faire injecter cette dose de rappel sera élargie aux personnes de plus de 50 ans à partir du mois prochain, et exhorté les Français qui ne sont pas encore vaccinés à le faire « face au regain de l’épidémie ».

Le passeport sanitaire est un document justifiant soit de son statut vaccinal, soit d’un test négatif récent. Il est exigé pour de nombreux actes de la vie courante, comme aller au restaurant, au café, au cinéma, dans certains transports, etc. De nombreux Français se sont désormais habitués à présenter leur téléphone mobile (dans lequel peut être placé le document) au quotidien.

La dose de rappel vise à compenser la perte d’efficacité constatée pour tous les vaccins anti-COVID au cours du temps.

Israël est le premier pays à avoir généralisé fin août la troisième dose à toute la population éligible (à partir de 12 ans). 

De nombreux pays européens en préconisent une troisième pour les personnes âgées et les personnes vulnérables.

Au Royaume-Uni, le gouvernement encourage les plus de 50 ans à recevoir une dose de rappel.

En Allemagne, face à l’intense reprise de la pandémie dans le pays, le gouvernement et les régions ont aussi plaidé vendredi pour une généralisation de la troisième dose.

Les autorités de santé françaises n’ont pourtant pas encore donné leur aval à une telle extension, mais Emmanuel Macron a expliqué qu’elles avaient été saisies en ce sens.

À VOIR AUSSI :

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.