/sports/opinion/columnists
Navigation

Où s’en va le Canadien?

Golden Knights vs Canadiens
Photo Martin Chevalier Plusieurs spectateurs ont quitté le Centre Bell après le quatrième but des Golden Knights, samedi.

Coup d'oeil sur cet article

Depuis le début de la saison, le Canadien a été incapable de gagner deux matchs d’affilée. Ça regarde mal. Je me demande dans quelle direction on s’en va et j’ai l’impression que les joueurs se posent la même question.  

• À lire aussi: Sans Drouin et Dvorak à l’entraînement

Je suis de nature optimiste et, comme joueur, j’ai toujours cru qu’il était possible de renverser une situation négative, d’autant plus qu’il reste encore 69 matchs au calendrier. Comme observateur, par contre, je vous avoue que c’est difficile d’entrevoir du positif. Même le Rocket de Laval en arrache. 

L’équipe actuelle ne ressemble pas à celle qu’on a vue en séries ; elle est fragile. On l’a constaté à nouveau samedi. Malgré une première période parfaite contre les Golden Knights et une avance de 2 à 0, tout s’est effondré au deuxième engagement. 

On va essayer de bâtir quelque chose à partir de cette première période et c’est toujours la même cassette quand une équipe va mal. On s’accroche à ce que l’on peut. La réalité, c’est que le Canadien n’a pas le personnel pour se forger une véritable identité. 

Dans la mauvaise chaise 

Trop de joueurs sont dans la mauvaise chaise. Est-ce normal que Jake Allen soit le gardien le plus occupé de la LNH ? Même Carey Price ne jouerait pas aussi souvent s’il était en santé. Comme on n’a pas confiance en Samuel Montembeault, on utilise Allen à souhait. Il n’est pas parfait, mais il fait davantage partie de la solution que du problème.  

La situation est plus ou moins la même à toutes les positions. Le retour de Price apporte un peu d’espoir, mais ça va prendre encore un certain temps avant de le revoir devant le filet. La seule autre bonne nouvelle de la semaine, c’est qu’on semble assister au réveil de Nick Suzuki. 

Erreurs d’évaluation 

Pour le reste, je crois qu’encore une fois, la haute direction a commis des erreurs d’évaluation. Et la somme de ces erreurs a engendré le chaos actuel. 

Je pense notamment à Phillip Danault. On aurait dû lui faire signer un contrat il y a plus d’un an. S’il était de la formation aujourd’hui, je suis convaincu qu’on ne serait pas l’un des deux pires clubs sur le plan du nombre de buts accordés. Ça serait déjà ça de gagné. 

Danault faisait partie de l’identité du Canadien. Évidemment, Marc Bergevin ne pouvait prévoir le départ de Jesperi Kotkaniemi ni les absences prolongées de Price et de Joel Edmundson, mais il en attendait peut-être un peu trop de Suzuki, de Cole Caufield et d’Alexander Romanov. La préretraite de Shea Weber n’était pas une surprise et ça taxe Jeff Petry. David Savard n’est pas Weber. 

Ça donne ce que l’on voit présentement. Si rien n’est impossible, un renversement de situation comme celui des Blues de St. Louis en 2018-2019 est peu probable. 

Quel est le plan de Molson ? 

Congédier Dominique Ducharme ne changera rien. Je crois qu’il est un bon entraîneur ; d’ailleurs il faut une certaine stabilité. Annoncer une reconstruction complète comme l’ont fait les Rangers de New York serait exagéré, mais ça prend néanmoins des changements et si Geoff Molson veut bâtir une équipe championne, il est temps de voir les choses à long terme. 

J’étais le premier à dire que rien ne pressait dans le dossier du contrat de Marc Bergevin, mais dans les circonstances actuelles, j’aimerais voir une action concrète de la part du propriétaire : soit il s’entend avec son DG pour les prochaines années, soit il passe à autre chose. Dans un cas ou dans l’autre, il semble qu’une vision orientée vers l’avenir soit appropriée, car ça va prendre un miracle, ou presque, pour être des séries 2022. 

On connaît le plan de match de Ducharme, mais on ne connaît pas celui de Molson, et, surtout, on ne sait pas si Bergevin en fait partie. Il est temps de l’annoncer : les partisans méritent de le savoir.  

– Propos recueillis par Gilles Moffet 

Entrefilets  

Jack Eichel à Las Vegas 

Golden Knights vs Canadiens
Photo d'archives, AFP

Le dossier Jack Eichel est enfin réglé. Les Golden Knights de Vegas ont certes payé le gros prix, mais ils obtiennent un joueur très talentueux qui peut changer un match à lui seul. J’aime la mentalité de cette équipe, car depuis son arrivée dans la ligue, elle cherche à gagner dans l’immédiat. Eichel a reçu tout un accueil à Vegas. C’est décevant toutefois pour les partisans des Sabres de Buffalo qui croyaient en lui. Il aura finalement l’intervention chirurgicale qu’il souhaitait. Il y a une dizaine d’années, Eichel n’aurait probablement pas eu le choix. 

Du succès pour Andrew Brunette 

Golden Knights vs Canadiens
Photo d'archives, AFP

Malgré la démission de Joel Quenneville, les Panthers de la Floride continuent d’avoir du succès avec Andrew Brunette derrière le banc. Ce n’est pas facile de remplacer un gars comme Quenneville, mais Brunette est un passionné et il est aimé des joueurs. Je l’ai eu comme coéquipier au Colorado et au Minnesota et je suis très heureux pour lui.  

Ménage à Chicago 

Golden Knights vs Canadiens
Photo d'archives, AFP

Ça brasse encore à Chicago, mais, cette fois, uniquement pour des raisons de hockey. L’entraîneur Jeremy Colliton a été congédié, ainsi que deux de ses adjoints, et il a été remplacé par Derek King. Même si King a gagné son premier match, dimanche, à Chicago, contre les Predators de Nashville, je me demande si Marc-André Fleury ne regrette pas sa décision de poursuivre sa carrière avec les Hawks. D’après moi, on ne s’amuse pas beaucoup là-bas. Même Jonathan Toews est sur la sellette. 

Connor McDavid  

Golden Knights vs Canadiens
Photo d'archives, AFP

Je ne manque jamais de visionner les faits saillants des matchs des Oilers d’Edmonton, car Connor McDavid est tout simplement incroyable. Je ne croyais pas qu’après Sidney Crosby et Alexander Ovechkin, un joueur pouvait autant rehausser les standards, mais c’est bien le cas de McDavid. 

À VOIR AUSSI