/news/coronavirus
Navigation

Santé Canada autorise le vaccin Pfizer en dose de rappel

FILES-US-HEALTH-VIRUS-VACCINES
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Santé Canada a donné son feu vert pour que le vaccin de Pfizer soit utilisé comme dose de rappel pour les personnes de 18 ans et plus.

L’annonce est venue dans un bref communiqué diffusé mardi, peu avant que Québec annonce que la troisième dose sera disponible pour toutes les personnes de 80 ans et plus à partir du 16 novembre et pour celles de 70 ans à partir du 23 novembre.

«Après avoir effectué un examen complet et indépendant des preuves, le Ministère a déterminé que le vaccin anticovidique de rappel Comirnaty [Pfizer] répondait aux exigences strictes en matière d'innocuité, d'efficacité et de qualité», a expliqué Santé Canada.

Il s’agit du premier vaccin contre la COVID-19 qui pourra servir de rappel pour tous les adultes ayant déjà reçu leurs deux premières doses de vaccin contre la COViD-19. Pfizer-BioNTech avait déposé sa demande d’approbation le 1er octobre dernier.

Soulignons que cette décision ne veut pas dire que la vaccination est désormais ouverte à l’ensemble de la population adulte. En effet, il y a toujours plusieurs critères à respecter.

Au Québec et dans la plupart des provinces, l’administration d’une troisième dose est toujours réservée aux personnes âgées vivant dans les CHSLD, les RPA, et aux personnes «vivant dans un milieu comportant une proportion élevée de personnes aînées vulnérables» du genre.

De plus, les personnes immunosupprimées ou qui recourent à la dialyse sont aussi admissibles, peu importe leur âge, dans un délai de 5 mois après l’injection de leur deuxième dose.

Le nouveau ministre de la Santé, Jean-Yves Duclos, estime que la décision «contribuera à renforcer le déploiement des vaccins au Canada dans l'avenir.

Sur le front de la vaccination, les choses peuvent rapidement changer.

  • Écoutez l'analyste en politiques publiques, Patrick Déry avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio: 

Pour preuve, le Conseil des médecins hygiénistes en chef (CMHC) estimait pas plus tard que la semaine dernière que, «étant donné qu'il n'y a aucune preuve actuelle d'un déclin généralisé de la protection contre la maladie grave dans la population générale ayant reçu un vaccin contre la COVID-19 au Canada, les doses de rappel pour ce groupe ne sont pas requises pour le moment, mais nous continuerons à surveiller l'efficacité des vaccins et d'autres données afin de déterminer les besoins à l'avenir».

En cette matière, le Canada est légèrement à la remorque par rapport à ses alliés européens et américain.

Aux États-Unis, les «booster shots», nom qu’ils emploient pour désigner les doses de rappel, sont permis à la population adulte en général, même s’ils sont priorisés pour des personnes plus vulnérables, à l’image de ce qui se fait au Québec.

Dans tous les cas, le Comité consultatif national sur l’immunisation (CCNI) recommande que la troisième dose soit prise dans un délai de six mois après l’injection des deux premières doses.

À VOIR AUSSI...  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.