/sports/opinion/columnists
Navigation

Améliorer les services aux motoneigistes

Il y a de nombreux travaux de préparation à faire avant que de t
Photo Julien Cabana Il y a de nombreux travaux de préparation à faire avant que de tels sentiers de motoneige apparaissent un peu partout sur le territoire québécois.

Coup d'oeil sur cet article

Depuis plusieurs années, les motoneigistes utilisent très souvent la carte interactive et l’application iMotoneige pour planifier leurs excursions et trouver les renseignements dont ils ont besoin, deux services fournis par la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec (FCMQ). Plusieurs améliorations sont à venir.

Il arrive dans la vie qu’il faille faire des changements par la force des choses. C’est ce que les spécialistes de la FCMQ ont vécu lorsque le fournisseur de services pour les deux applications, ViaExplora, leur a annoncé qu’il abandonnait son service.

Ils ont donc été placés devant le fait accompli, forcés de trouver rapidement un nouveau fournisseur. Leur choix s’est arrêté sur la compagnie Nerd Marketing qui deviendra le fournisseur officiel de services. 

« L’avantage de travailler avec ce nouveau groupe, c’est que, d’abord, ce sont des motoneigistes et aussi, ils connaissent très bien les applications pour les avoir déjà utilisées. Ils sont dans le même édifice que nous, ce qui fait que les relations seront faciles. Ils sont spécialisés dans la création de sites internet. La compagnie regroupe 40 personnes. Le mandat que nous leur avons donné, c’est d’assurer une transition en douceur pour les motoneigistes et aussi améliorer nos outils numériques, soient la carte interactive et l’application iMotoneige », d’expliquer Nacera Krim de la FCMQ.

Pour l’instant, la migration a été faite. Des tests sont effectués pour s’assurer que le service fonctionne parfaitement. Tout devrait être prêt pour la mi-novembre.

RIEN DE CHANGÉ

Si vous avez déjà l’application iMotoneige, rien ne sera changé. Vous ouvrez cette dernière et tout va fonctionner comme d’habitude. Même chose du côté de la carte interactive. Si vous vous rendez sur les applications, vous verrez toujours le logo de ViaExplora. Dans les prochains jours, il va disparaître pour faire place au nouveau visuel.

« Encore une fois, rien ne sera changé. Tout est pareil comme avant. Ils n’ont rien à faire de plus », d’expliquer Alain Laliberté, le géomaticien de la FCMQ.

Pour cette année, tout ce que désirait la direction de la FCMQ, c’était d’assurer le service sans soulever de problème.

« Pour l’instant, il n’y aura pas beaucoup d’améliorations par rapport à l’année passée, explique M. Laliberté. Tout ce qu’on voulait, c’est que tout fonctionne et que les motoneigistes se sentent à l’aise dans l’utilisation des produits. Les petites choses qui seront faites, c’est la modernisation du design du logo, du message aux motoneigistes lorsqu’ils ouvrent la carte et un ménage dans la légende que l’on retrouve, où il est fait mention des attraits et des services. »

Un autre point très important, c’est que le nouveau fournisseur va essayer de trouver une solution pour les anciens modèles de téléphones.

Pour le futur, il ne faudrait pas se surprendre de voir des améliorations importantes des applications pour faire en sorte qu’elles soient
plus performantes. 

EN ATTENDANT LA NEIGE

Présentement, même si la neige n’est pas encore au rendez-vous, cela ne signifie pas que les clubs ne travaillent pas. Les bénévoles s’affairent à récupérer les droits de passage pour assurer la présence des sentiers, à les nettoyer et à assurer l’entretien courant des différentes machineries. Tout ce travail de base est nécessaire avant l’ouverture de chaque saison. Ce ne sont pas des choses qui se voient, mais si elles ne sont pas faites de façon adéquate, cela pourrait causer des problèmes pour commencer la saison à temps.

Il y a une chose importante à prendre en compte avant que les sentiers soient disponibles et que la saison soit officiellement ouverte : une fois que les premières neiges vont tomber et que le gel sera de la partie, les bénévoles vont circuler en surfaceuse sur les sentiers pour créer le fond qui permet de bâtir la surface dure. Chaque saison, lorsque les surfaceuses se mettent en marche, les mouvements apparaissent sur la carte interactive de la FCMQ. Cela ne signifie pas que les sentiers sont accessibles, mais bien que le travail pour durcir le fond du sentier est en route. Il ne faut donc pas vous lancer dans les sentiers, en croyant qu’ils sont ouverts. La meilleure chose à faire est d’attendre le signal de départ qui sera donné par les clubs. Tout le monde a hâte de commencer sa saison après des mois d’attente. Toutefois, si vous allez trop vite, ce sont les problèmes qui vous attendent et non le plaisir de profiter de l’hiver en pratiquant votre activité favorite.