/misc
Navigation

Expulsons ceux qui travaillent!

Mamadou Konaté
Photo courtoisie Mamadou Konaté

Coup d'oeil sur cet article

Le cas de Mamadou Konaté a été mis à mon attention aujourd’hui. Assez surprenant d’apprendre qu’on veut expulser un travailleur en cette crise historique et sans précédent de l’emploi. Avec la pénurie de main-d’œuvre actuelle, pourquoi vouloir expulser quelqu’un qui est installé ici depuis 6 ans, qui parle français, qui a contribué à l’économie du Québec depuis son arrivée et qui a, au surplus, été l’un de nos «anges gardiens» en travaillant dans un CHSLD durant la pandémie? Aucun sens!

Malgré tout ce qu’il a apporté au Québec et sa contribution à la génération future, il est menacé d’expulsion le 19 novembre prochain. Pourquoi? Parce qu’on doit régulariser...

En décembre 2020, le gouvernement fédéral et le gouvernement du Québec ont lancé un programme spécial pour régulariser les statuts des demandeurs d'asile. Cependant, ces programmes ne visent que les demandeurs d'asile ayant occupé certains postes dans les soins de santé, pendant certaines heures et semaines précises, et seulement au cours de la première vague de COVID-19. Les critères d’admissibilité restreints de ces programmes font que les personnes comme Mamadou n'ont pas eu accès à la régularisation. En fait, il est tombé entre les «craques» du système et la machine administrative a de la difficulté à s’ajuster.

C’est pourquoi Amnistie internationale Canada francophone lance un cri d’alarme au gouvernement du Canada afin d’éviter l’expulsion de «l’ange gardien» Mamadou Konaté et d’autres travailleurs essentiels menacés d’expulsion:

«Amnistie internationale Canada francophone mène une campagne pour assurer la protection et le respect des droits humains des travailleuses et travailleurs essentiels. Mamadou Konaté fait partie de cette campagne et nous continuons de l'appuyer».

[...]

«M. Konaté a risqué sa vie en travaillant dans un CHSLD. Comme beaucoup d’autres "anges gardiens", il a accompagné des personnes âgées vulnérables dans ces mois de peur et de détresse et a joué un rôle crucial dans l’effort collectif du Québec contre le virus».

C’est ça, le problème avec les «systèmes». On cherche à les uniformiser afin qu’ils fonctionnent d’une manière plus efficace, mais parfois cela fait perdre la raison principale derrière la mise en place de la mesure. Par la création d’un «système», on refuse ensuite de faire «du cas par cas» et cela fait que certaines personnes tombent entre deux «craques» du système.

Malgré tous ces systèmes mis en place et la lourdeur administrative, il y a toujours des solutions pour éviter les injustices flagrantes.

M. Konaté doit maintenant s’adresser au bureau du ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté. Le ministre a le pouvoir d’intervenir dans l’urgence en attendant qu’on change le programme.

Il faut faire du «bruit» pour que le ministre décide d’intervenir.

À cet égard, Amnistie internationale Canada francophone a créé une pétition pour éviter l’expulsion de travailleurs essentiels. Vous pouvez y accéder en cliquant ici