/news/currentevents
Navigation

Livraisons de drogue et d'armes: on a perdu le contrôle des drones en prison

Coup d'oeil sur cet article

Les livraisons par drone sont devenues quasi quotidiennes dans des établissements, au grand désespoir des agents correctionnels. Des détenus en sont à découper leur fenêtre pour se faire livrer drogue et armes directement à leur cellule. 

• À lire aussi: Crime organisé: la descente aux enfers de «Mom» Boucher en cellule

• À lire aussi: Un détenu aurait tenté de désarmer un agent correctionnel lors d’une sortie

« Clairement, on est en train de perdre le contrôle des établissements au profit de ceux qui trafiquent à l’intérieur. Ce qu’on intercepte, ce n’est que la pointe de l’iceberg », s’alarme Mathieu Lavoie, président du Syndicat des agents de la paix en services correctionnels du Québec.

Une bouteille lestée de lames de rasoir servant à briser les filets anti-drone.
Photo courtoisie
Une bouteille lestée de lames de rasoir servant à briser les filets anti-drone.

On est passé d’une vingtaine de drones signalés à proximité et interceptés annuellement il y a 7 ans à plus de 350 en 2020, et ce, seulement dans les établissements provinciaux, selon les données du ministère de la Sécurité publique. 

« C’est un fléau depuis plus de quatre ans, principalement dans les prisons à Montréal, où c’est devenu presque tous les jours. Parfois, il y a plusieurs drones en même temps pour faire diversion. Maintenant, on en voit aussi dans le reste de la province, comme à Hull, Québec et Rimouski », rapporte M. Lavoie. 

  • Écoutez le journaliste Alexandre Dubé avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

Même son de cloche dans les pénitenciers fédéraux : « Avant, c’était surtout dans les établissements à sécurité maximale, comme Donnacona. On voit de plus en plus de drones dans les médiums », explique Frédérick Lebeau, président de la région du Québec pour le Syndicat des agents correctionnels du Canada-CSN.     

  • Écoutez la chronique de Félix Séguin au micro de Richard Martineau sur QUB radio :    

Fenêtres brisées 

Un détenu du pénitencier de Donnacona a retiré la fenêtre du cadre de sa cellule pour recevoir des livraisons.
Photos courtoisie
Un détenu du pénitencier de Donnacona a retiré la fenêtre du cadre de sa cellule pour recevoir des livraisons.

Les détenus ont une imagination sans borne pour se faire livrer sans se faire pincer. Dans les prisons de Bordeaux et de Rivière-des-Prairies, certains ont carrément découpé leur fenêtre, probablement avec des outils livrés par drone, afin de recevoir des livraisons. 

Plusieurs cellules ont été condamnées le temps d’être réparées, confirme Mathieu Lavoie.

Un autre a découpé et attaché avec un fil une brique du mur extérieur de l’Établissement de détention de Rivière-des-Prairies. Une fois sa livraison reçue, il replace la brique, ni vu ni connu.
Photos courtoisie
Un autre a découpé et attaché avec un fil une brique du mur extérieur de l’Établissement de détention de Rivière-des-Prairies. Une fois sa livraison reçue, il replace la brique, ni vu ni connu.

« Ils reçoivent ça directement à la fenêtre. Un service de livraison encore meilleur que [celui de FedEx]. De cette façon, ça devient pratiquement indétectable », déplore Frédérick Lebeau. 

Récemment, des fenêtres ont aussi été brisées dans les pénitenciers, dont celui de Donnacona.

Au profit du crime organisé 

Un paquet contenant notamment du tabac et du haschich valant plus de 37 000 $ livré par drone a été saisi à l’Établissement de Cowansville en octobre.
Photo courtoisie
Un paquet contenant notamment du tabac et du haschich valant plus de 37 000 $ livré par drone a été saisi à l’Établissement de Cowansville en octobre.

Cellulaires, chargeurs USB, tabac, stupéfiants, médicaments : ces objets prohibés à l’intérieur des murs valent trois à quatre fois plus cher que dans la rue, estiment les deux présidents. Il n’est pas rare que les agents correctionnels saisissent des colis valant plus de 20 000 $. 

« Les gangs criminalisés sont morts de rire. Ils reçoivent leur drogue et peuvent même se faire du profit en vendant. Avec les cellulaires, des proxénètes fonctionnent encore en prison », illustre Jean Rousselle, député du Parti libéral du Québec et porte-parole de l’opposition officielle en matière de sécurité publique. 

Preuve qu’il s’agit d’un marché particulièrement lucratif, certains drones utilisés pour les livraisons sont munis de GPS ou encore de caméra thermique, explique Mathieu Lavoie. 

« Ces drones peuvent valoir plusieurs milliers de dollars et transportent facilement de grandes quantités. Clairement, ce sont les gangs de rue et le crime organisé derrière ça qui en profitent », conclut-il.  

Drones signalés et saisis dans les prisons du Québec   

  • 2020-21 : 354*  
  • 2019-20 : 225  
  • 2018-19 : 173  
  • 2017-18 : 180  
  • 2016-17 : 120  
  • 2015-16 : 27   

*Du 1er avril 2020 au 31 janvier 2021

Source : Études des crédits du ministère de la Sécurité publique

Après la drogue, la livraison d’armes ?  

Des agents correctionnels qui craignent que des couteaux et des armes à feu soient livrés par drone élèvent leur voix afin de réclamer des moyens pour stopper ce fléau.

Un couteau et un poing américain, livrés par drone, ont été saisis en septembre au pénitencier de Donnacona.
Photos courtoisie
Un couteau et un poing américain, livrés par drone, ont été saisis en septembre au pénitencier de Donnacona.

« Un cellulaire, ça peut paraître banal. Mais la journée où un gun va entrer, c’est une autre histoire. Ça nous inquiète », confie un agent correctionnel du pénitencier de Cowansville, pas autorisé à parler aux médias.  

Cette semaine, à la prison de Bordeaux, des agents ont saisi un paquet livré par drone contenant du tabac, de la marijuana, des têtes de tournevis ainsi que des couteaux, rapporte Mathieu Lavoie, président du Syndicat des agents de la paix en services correctionnels du Québec. Le lendemain, cinq drones ont été aperçus en une seule nuit, dont quatre qui ont volé au même moment. 

Violences et dettes de drogue 

Le contenu du paquet intercepté (à gauche) contenait notamment des cellulaires, du haschich et du tabac (photos de droite).
Photos courtoisie
Le contenu du paquet intercepté (à gauche) contenait notamment des cellulaires, du haschich et du tabac (photos de droite).

La présence d’armes et de drogue à l’intérieur des murs engendre des flambées de violence entre personnes incarcérées et même envers les agents correctionnels, explique M. Lavoie. Sans parler des détenus qui accumulent des dettes pour payer leurs stupéfiants, ce qui mène à des conflits. 

Pour cette raison, le président réclame au gouvernement depuis au moins quatre ans déjà des outils performants afin de détecter les drones qui survolent les centres de détention.  

« On se fait toujours répondre que ça s’en vient, qu’il y a des appels d’offres en cours, mais rien ne se passe, déplore Mathieu Lavoie. La technologie existe, mais ça va prendre des investissements. On a des outils, mais qui devaient être temporaires et qu’on utilise depuis des années. »

Brouilleurs d’ondes

Depuis un peu plus d’un an, le pénitencier de Cowansville est doté d’un détecteur de drone portatif.

« Au début, ça fonctionnait bien. Puis, on a remarqué que le détecteur sonne seulement quand le drone quitte le périmètre. Ils ont des brouilleurs d’ondes. Donc, difficile pour nous de savoir où la livraison a été droppée », explique l’agent correctionnel.

« La technologie détecte certains types de drones, mais pas tous. Et ça n’a pas été long que les détenus ont su lesquels », précise Frédérick Lebeau, président de la région du Québec pour le Syndicat des agents correctionnels du Canada-CSN. 

À Donnacona, on leur avait promis un système 3D de détection radar qui devait être fonctionnel ce mois-ci.

« Mais l’échéancier a été repoussé au printemps ou à l’été 2022, dit M. Lebeau. Il y a clairement un manque de volonté politique. »

À VOIR AUSSI