/world/europe
Navigation

COVID-19: la Norvège réintroduit des restrictions nationales face à la remontée des cas

Le premier ministre de la Norvège, Jonas Gahr Støre
Photo AFP Le premier ministre de la Norvège, Jonas Gahr Støre

Coup d'oeil sur cet article

OSLO | La Norvège va réintroduire des restrictions anti-COVID à l'échelle nationale face à la forte reprise de l’épidémie, en autorisant notamment les communes à avoir recours au passeport sanitaire, a annoncé le gouvernement vendredi.

• À lire aussi: COVID-19: les non-vaccinés confinés en Autriche?

• À lire aussi: La COVID longue, surtout dans la tête? Une étude fait polémique

Le pays scandinave, qui avait levé toutes ses restrictions fin septembre, proposera également une troisième dose de vaccin pour tous les plus de 18 ans, a annoncé le premier ministre Jonas Gahr Støre, en excluant toutefois des confinements ou des mesures radicales.

«Le gouvernement veut introduire de nouvelles mesures nationales pour contenir les contagions», a-t-il annoncé en conférence de presse.

«On ne parle pas, toutefois, de confinements ou de mesures aussi strictes que [celles que] nous avons vues précédemment lors de la pandémie», a souligné le nouveau chef de gouvernement.

Les cas contacts non vaccinés de plus de 18 ans sont sommés de se faire tester à partir du 16 novembre, a fait savoir l’exécutif.

Les personnels de santé non vaccinés devront, eux, se faire tester deux fois par semaine et porter le masque, et la recommandation de rester chez soi en cas de symptôme est rétablie.

Des restrictions locales étaient réapparues ces derniers jours en Norvège, alors que le nombre quotidien de nouveaux cas avoisine actuellement les 1500 dans un pays de 5,4 millions d’habitants.

Le nombre de décès augmente de nouveau, même s’il reste faible, autour de quatre par jour cette semaine, selon les statistiques officielles compilées par l’AFP.

L’Europe fait face à une nette dégradation de la situation épidémique, notamment en Allemagne, en Europe centrale et dans l’est du continent. Les non-vaccinés sont de loin les plus touchés.

Le Vieux Continent est de nouveau «l’épicentre» de la pandémie, a averti l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

À voir aussi