/sports/racing
Navigation

Patinage de vitesse: mission accomplie pour l’entrée de Laurent Dubreuil

Le natif de Lévis est monté sur le podium à la première course de la saison

Laurent Dubreuil bronze
Photo tirée de twitter, @Dubreuil92 Laurent Dubreuil a remporté le bronze du 500 m de la première Coupe du monde de la saison, disputée en Pologne.

Coup d'oeil sur cet article

Laurent Dubreuil a amorcé la saison de Coupe du monde de patinage de vitesse longue piste sur une bonne note en remportant la médaille de bronze du 500 m disputé, aujourd'hui, à Tomaszow en Pologne.

Patinant dans la même paire que le Japonais Tatsuya Shinhama qui a terminé en deuxième place en vertu d’un temps de 34 sec 54, Dubreuil n’a pu s’imposer dans le dernier droit pour franchir la ligne d’arrivée en 34 sec 68.

Impérial, le Chinois Tingyu Gao a réussi le meilleur temps d’ouverture de l’histoire (9 sec 32) en route vers sa première médaille d’or en Coupe du monde de sa carrière. Médaillé de bronze à Pyeongchang, Gao a réussi un record de piste en vertu d’un temps de 34 sec 26. 

« J’ai haussé les sourcils quand j’ai vu le temps de Gao et je me suis dit qu’il fallait que je vise l’argent, a raconté le champion du monde en titre. Son chrono est exceptionnel et impensable et ça m’a sorti un peu de mon plan. Mon objectif est de me rapprocher de lui et de le battre. Mon but n’est pas de me faire battre aux huit courses de 500 m en Coupe du monde. »

Retour des asiatiques

La Coupe du monde de Tomaszow marquait le retour des patineurs asiatiques sur le circuit international après une pause d’un an en raison de la COVID-19. Ils n’ont pas raté leur rentrée. À l’exception de Dubreuil, le Top 5 était composé de deux Japonais, un Chinois et un Coréen.

« Je préfère gagner moins de médailles et savoir que j’ai battu les meilleurs que d’en gagner parce qu’ils sont restés chez eux, a affirmé le patineur de Lévis. Ça fait sortir le meilleur de moi et me force à repousser mes limites. Je n’ai pas connu une course parfaite et il y a des trucs que je dois améliorer, mais je suis content de mon résultat. Je ne suis pas un assez bon patineur pour être déçu de remporter une médaille de bronze. »

Au coude à coude avec Shinhama à la sortie du dernier virage, Dubreuil dit avoir perdu sa concentration. « J’ai perdu la concentration sur ma technique en tentant plutôt de le battre, a-t-il expliqué. J’étais trop tendu dans le deuxième virage et j’ai perdu mon inclinaison. Ce fut une course axée plutôt sur l’effort que sur l’exécution. J’étais brûlé à la fin comme rarement après un 500 m. Il faudra que je sois plus fluide dimanche lors du deuxième 500 m sinon le 1000 m qui suivra sera difficile. »

Pari réussi 

Gregor Jelonek était lui aussi satisfait de la prestation de son protégé. « Compte tenu que nous avions décidé de rester une semaine de plus à Québec afin de profiter de nos installations au lieu de partir plus tôt et tenir un camp en Europe comme les Américains et les patineurs basés à Calgary ont fait, je suis vraiment content, a expliqué l’entraîneur de l’équipe nationale. Nous sommes beaucoup sur la route et nous avons décidé de rester le plus longtemps possible à la maison. »

« Le calibre est incroyablement relevé et tu dois être fort pour être sur le podium, de poursuivre Jelonek. Tu ne peux pas avoir un mauvais pas. Laurent n’a pas connu une course parfaite, mais il aurait pu terminer en deuxième position. » 

Une progression pour Alex Boisvert-Lacroix

Malgré une 17e position, Alex Boisvert-Lacroix était satisfait de sa performance.

Déçu de sa prestation aux nationaux en octobre à Calgary, le sprinter disait avoir connu une bien meilleure course.

« J’ai définitivement connu une meilleure course qu’à Calgary et je me suis rapproché de Gilmore Junio, a souligné Boisvert-Lacroix, qui a franchi la distance en 35 sec 30 à 0 sec 08 de son compatriote. Je n’ai pas commis de grosses erreurs, mais le plateau était vraiment fort. C’était impressionnant. En dépit de mon rang, je m’améliore et je suis sur la pente ascendante. »

Gregor Jelonek abondait dans le même sens. « Alex a manqué de gaz dans le dernier virage, mais il n’a pas fait une mauvaise course, a souligné l’entraîneur de l’équipe canadienne. La place était pas mal moins vite qu’à Calgary, où il avait fait un temps de 35 sec 1. Ça s’en vient. »

De son côté, Valérie Maltais a pris le 12e rang au 3000 m. La Canadienne Isabelle Weidemann a remporté l’argent, terminant derrière la Hollandaise Irene Schouten. « La course ne s’est pas passée comme je souhaitais et ce fut difficile, a-t-elle mentionné. Je suis partie trop rapidement. J’ai gaspillé trop d’énergie au départ et ce fut extrêmement coûteux à la fin. On vient de faire un camp de vélo et j’ai manqué de temps de glace. »

Maltais disputera le 1000 m, demain, épreuve qu’elle avait remportée aux nationaux à sa grande surprise, et la poursuite par équipe où le Canada a remporté l’argent au dernier mondial. Antoine Gélinas-Beaulieu entrera en scène sur 1500 m.

Le Canada a complété cette première journée avec trois médailles. Ted-Jan Bloemen a enlevé l’argent au 5000 m.

Russes lamentables

Si le Chinois Tingyu Gao a brillé de tous ses feux, deux grosses pointures ont offert une performance lamentable que personne n’était en mesure d’expliquer. Groupés dans la dernière paire, les Russes Ruslan Murashov (35 sec 39) et Paval Kulizhnikov (35 sec 53) ont terminé aux deux derniers rangs parmi les 20 patineurs du groupe A. Kulizhnikov est le détenteur du record du monde.

« Quand j’ai vu leurs temps et de voir qu’ils avaient été aussi mauvais, je me demandais ce qui venait de se passer, a résumé Laurent Dubreuil. Pavel a été sept ans à dominer et il n’avançait pas du tout. Peu de patineurs vont avoir de la peine. Même s’ils n’avaient pas connu de bons nationaux, j’étais persuadé qu’ils allaient rebondir. Ils pourraient très bien rebondir lors du prochain 500 m. ». 

À voir aussi