/news/politics
Navigation

Montréal : Près d’un élu sur quatre n’habite pas son arrondissement

STOCKQMI-HÔTEL-DE-VILLE
Photo d'Archives, Agence QMI L'Hôtel de Ville de Montréal

Coup d'oeil sur cet article

Près d’un élu sur quatre à l’hôtel de ville de Montréal n’habite pas l’arrondissement qu’il représentera pour les quatre prochaines années. 

• À lire aussi: Quatre jours après sa défaite, toujours pas de nouvelles de Denis Coderre

• À lire aussi: Voici 12 défis majeurs que devra relever Valérie Plante dans son second mandat

Au total, ce sont 15 élus, sur les 65 qui siégeront à l’hôtel de ville, qui sont dans cette situation.

Professeure à l’UQAM et spécialiste en politique municipale, Danielle Pilette n’est pas surprise par cet état de fait. «Ce n’est pas obligatoire d’habiter l’arrondissement, il faut seulement vivre dans la ville», a-t-elle expliqué. Elle estime que ce choix permet notamment de mettre des candidats vedettes dans des circonstances électorales plus sûres.

C’est Projet Montréal qui compte le plus d’élus n’habitant pas leur arrondissement, avec le tiers de sa délégation qui est dans cette position (12 sur 37).

Ensemble Montréal, qui composera l’opposition officielle, n’en compte pour sa part que trois dans cette situation, sur 23 candidats élus.

Les partis locaux Équipe Anjou et Équipe LaSalle, qui ont balayé leur arrondissement respectif, ne dénombrent sans surprise aucun candidat résident à l’extérieur de leur frontière.

Pour faire le calcul, QMI a utilisé l’adresse fournie par les candidats lors de leur inscription sur la liste électorale.

«Ça peut être très intéressant l’apport qu’une personne qui habite un autre arrondissement peut avoir», a pondéré Mme Pilette, qui rappelle que les façons de faire peuvent différer d’un secteur à l’autre, notamment dans les anciennes villes fusionnées.

Rosemont–La Petite-Patrie et Ville-Marie sont les deux arrondissements ayant le moins d’élus locaux avec, respectivement, deux élus qui habitent le premier arrondissement sur cinq postes, et un sur quatre postes pour le deuxième. À noter que la mairesse de Montréal est également mairesse de ce dernier arrondissement.

Les conseillers d’arrondissement, qui ne siègent pas à l’hôtel de ville et qui occupent des postes moins prestigieux, résident quant à eux majoritairement dans le secteur qu’ils représentent. Seulement 2 sur 38 habitent un autre quartier, les deux sous la bannière de Projet Montréal.

«Il faut tellement de candidatures. C’est déjà difficile de trouver de bonnes personnes. Il s’agit d’en trouver qui pourront éventuellement progresser», a souligné Mme Pilette.

Les plus longues distances  

C’est Alba Zuniga Ramos, résidente de Ville-Marie et élue sous la bannière d’Ensemble Montréal pour le district de Louis-Riel, dans Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, qui remporte la palme de la plus longue distance. Son domicile inscrit est situé à 11,3 km, à vol d’oiseau, de la mairie de son arrondissement.

Du côté de Projet Montréal, Gracia Kasoki Katahwa, nouvelle mairesse de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, est celle qui habite le plus loin de son arrondissement. La distance entre son adresse, située dans Hochelaga, et l’hôtel de ville de son arrondissement est de 9,3 km, à vol d’oiseau.

À voir aussi 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.