/finance/business
Navigation

Un dépanneur intelligent voit le jour à Montréal

Coup d'oeil sur cet article

Faire ses emplettes sans même avoir besoin de scanner ses articles. C'est ce que propose ce laboratoire de l'Université McGill, en collaboration avec Couche-Tard. Un nouveau dépanneur entièrement connecté a vu le jour sur le campus universitaire, il y a quelques jours, pour contrer la pénurie de main-d’œuvre.

«C'est l'outil que j'utilise le plus tous les jours. Euh... dans le fond, c'est très rapide. Je fais juste... Je rentre, je ressors. En tant qu'étudiant, c'est parfait.»

Le concept est simple: il suffit d'installer l'application sur son téléphone et d'y entrer les informations de sa carte de crédit. Ensuite, un code QR permet au client d'entrer et de sortir avec ses articles sans même passer à la caisse.

«Là, les caméras font tout. Donc, par exemple, si je choisis cet item et je le sors, après, je prends cet item-là, et après, je change de décision, je le remets, avec les caméras et les détecteurs, ils vont savoir que j'ai pris deux items à un moment donné, que j'ai remis les Ruffles, que j'ai que gardé le Smartfood», mentionne Charles de Brabant, directeur général de l’école de commerce au détail de McGill.

Un dépanneur traditionnel se trouve juste à côté et permet de tester d'autres technologies. Une balance identifiant les articles en est un exemple.

«On vit une pénurie de main-d’œuvre aujourd'hui, ce qui n’était peut-être pas le cas il y a quelques années. Et donc, les détaillants aujourd'hui crient pour de la main-d’œuvre, et ça, c'est peut-être un moyen de résoudre ce problème», explique M. de Brabant.

Le Conseil du patronat estime qu'il s'agit d'une avenue d'autant plus intéressante que les employés se font rares.

«C'est des idées comme celle-ci qui nous aident à continuer d'avancer et d'innover dans nos commerces. Dans ce sens-là, on ne peut que saluer cette idée et cette initiative», mentionne Karl Blackburn, président du Conseil du patronat du Québec.

Ce projet pilote devrait durer trois ans. Mais, déjà, les chercheurs espèrent qu'ils verront l'initiative perdurer dans le temps.