/sports/others
Navigation

Patinage de vitesse: les Canadiennes voient doré en poursuite par équipe

Le trio féminin ne cesse d’impressionner aux épreuves de longue piste

Or_patinage
Photo courtoisie, International Skating Union Les Canadiennes Ivanie Blondin (gauche), Isabelle Weidemann (centre) et Valérie Maltais (droite) ont remporté l’or à la poursuite par équipe à la première Coupe du monde de patinage de vitesse longue piste de la saison disputée en Pologne.

Coup d'oeil sur cet article

Valérie Maltais, Ivanie Blondin et Isabelle Weidemann ont remporté l’or, aujourd'hui, à la Coupe du monde de Tomaszow Mazowiecki, en Pologne.

• À lire aussi: Trophée NHK à Tokyo: Lajoie et Lagha conservent leur 5e place

Dans la bulle de Heerenveen aux Pays-Bas, l’hiver dernier, Valérie Maltais, Ivanie Blondin et Isabelle Weidemann avaient affiché leurs couleurs avec deux médailles d’or en Coupe du monde et une d’argent au mondial. 

Elles ont poursuivi sur leur lancée en Pologne en signant un temps de 3 min 0,28 s pour devancer les Japonaises (3 min 1,51 s) et les Hollandaises (3 min 2,69 s).

« Nous sommes extrêmement contentes de notre course et du résultat, a souligné Valérie Maltais. Nous étions arrivées à court un peu au mondial. Toute la semaine, on s’est dit de se concentrer sur le processus et non le résultat. Quand nous avons passé la ligne d’arrivée, le résultat a eu un effet de surprise, car nous n’avions pas réalisé à quel point nous avions bien réussi sans trop perdre de vitesse. On ne regardait pas les temps au tour parce que nous étions dans notre tunnel. »

Absent en 2021 en raison de la COVID-19, le Japon avait remporté l’or au mondial en 2020 et les Pays-Bas s’étaient imposés l’an dernier, coiffant les Canadiennes dans les derniers mètres.

« Les Pays-Bas ont une équipe très forte et d’avoir réussi à les battre démontre que nous avons nous aussi une équipe forte, a indiqué Ivanie Blondin. Quant aux Japonaises, elles ont tenu un camp en Allemagne avant de s’amener en Pologne et une des trois filles a reçu un test positif. Le Japon misait sur deux filles très fortes et a fait appel à une réserviste comme troisième patineuse. »

Stratégie payante

Comme ce fut le cas au mondial, Maltais a donné le rythme, suivie de Blondin et Weidemann. Les deux premières patineuses ont donné le ton chacune pendant 600 mètres et Weidemann a tiré le train pendant les trois derniers tours.

« Nous sommes trois filles différentes avec nos forces et nos faiblesses, a expliqué Ivanie Blondin. La tactique fonctionne très bien et nous allons la garder pour les Jeux olympiques. On ne change pas une formule gagnante. »

15e place au 1000 m

Championne canadienne en titre, Maltais a terminé au 15e rang sur 1000 m en vertu d’un chrono de 1 min 17,88 s. 

« Je suis très contente de ma course, a mentionné Maltais, triple olympienne en courte piste. Mon départ a été lent, mais j’ai eu une bonne exécution. Parce qu’on a fait 500 kilomètres de vélo lors d’un camp préparatoire en Espagne, j’étais moins explosive, mais la saison est longue et l’objectif n’est pas d’être à notre maximum à ce moment-ci. Mon résultat me permet de rester dans le groupe A pour la prochaine Coupe du monde et c’était l’objectif. »

Du côté masculin, Antoine Gélinas-Beaulieu a terminé 19e au 1500 m. Au départ groupé, Gélinas-Beaulieu a été éliminé en demi-finale.

À voir aussi