/travel/destinations/canada
Navigation

L’automne sur les routes de l’Alberta

Point de vue sur les Rocheuses
Photo Sarah-Émilie Nault Point de vue sur les Rocheuses de la promenade des Glaciers.

Coup d'oeil sur cet article

L’automne est le moment parfait pour aller barouder sur les routes de l’Alberta. Les sites touristiques et les sentiers de randonnée sont beaucoup moins encombrés qu’en été, les ours seraient déjà assoupis pour l’hiver et l’air frais emplissant nos poumons ne vient pas encore avec des températures trop froides.

Il suffit de rouler quelques kilomètres sur les routes albertaines pour comprendre pourquoi des voyageurs du monde entier ont fait de l’ouest du Canada l’une de leurs destinations de rêve et de prédilection.

Le champ de glace Columbia et le glacier Athabasca, vestiges de l’épaisse masse de glace qui recouvrait autrefois les montagnes de l’Ouest canadien.
Photo Sarah-Émilie Nault
Le champ de glace Columbia et le glacier Athabasca, vestiges de l’épaisse masse de glace qui recouvrait autrefois les montagnes de l’Ouest canadien.

Si on se promet rapidement de revenir y passer plus de temps – pour randonner dans encore plus de sentiers, il y en a tant ! –, c’est que l’Alberta étire ses splendeurs sur plusieurs centaines de kilomètres. Et que tout voir en une petite semaine relève de l’exploit. 

Loin d’être intimidés par les longues distances à parcourir en voiture et en randonnée, nous nous sommes concocté un voyage automnal nous permettant de découvrir des lieux emblématiques ainsi des endroits un peu moins courus, comme les Badlands, situés dans le parc provincial Dinosaur, au sud de l’Alberta. Une suite de reliefs spectaculaires composés de ravines profondes, étroites et sinueuses, de canyons et de cheminées de fée prouvant à quel point la force de l’érosion (éolienne et par l’eau, ici la fonte des glaciers) peut modifier un terrain de manière spectaculaire ; et lui donner des allures de paysages lunaires.

Les wapitis sont nombreux en Alberta, en particulier dans la ville de Jasper.
Photo Sarah-Émilie Nault
Les wapitis sont nombreux en Alberta, en particulier dans la ville de Jasper.

Pour une nuit insolite

Dans ce secteur, plusieurs arrêts s’imposent : le canyon Horseshoe, la ville de Drumheller (ne serait-ce que pour se prendre en photo avec le plus gros dinosaure au monde, haut de 25 m), l’intrigant village de Wayne comptant 25 habitants, l’impressionnant canyon Horsethief, le sentier Hoodoo et la nuit insolite dans un wagon de train du Canadian Pacifique transformé en mini chalet par Aspen Crossing.

Randonnée à La vallée des cinq lacs dans le parc national de Jasper.
Photo Sarah-Émilie Nault
Randonnée à La vallée des cinq lacs dans le parc national de Jasper.

Puis direction parcs nationaux de Banff et de Jasper, lieux incontournables de tout périple en Alberta, joyeusement épurés en cette basse période touristique. Quelque 250 km de route menant de Drumheller à Banff, hôte du premier parc national au Canada. On se doit de succomber au tour de gondole menant au sommet du mont Sulfur, dévoilant le point de vue panoramique sur les Rocheuses canadiennes, coup de cœur de notre périple albertain. La photo iconique du Fairmont Banff Springs et du mont Sulfur se prend depuis le Surprise Corner, facilement accessible au bout de la rue Buffalo. 

En route pour le lac Louise – l’emblématique « lac émeraude » situé au pied du glacier Victoria –, on s’arrête comme le font les habitants locaux pique-niquer et prendre une bouffée d’air frais aux abords des lacs Two Jack ou Minnewanka.

Quant à la Promenade des Glaciers – LA balade de 232 km au cœur des Rocheuses canadiennes reliant Lake Louise à Jasper –, elle se veut le clou du spectacle d’un parfait voyage en Alberta. Un chemin sur lequel on ne se surprend pas de croiser de nombreux animaux sauvages, dont des wapitis (par dizaines !), des mouflons d’Amérique, des orignaux et des chevreuils. 

Informations utiles 

  • Un droit d’accès de 10 $ par voyageur est demandé pour chaque journée passée dans les parcs nationaux. La plupart des lieux touristiques sont gratuits (canyons, marche près des glaciers, randonnées autour des lacs...)
  • Il est recommandé de se déplacer en groupe et d’être muni de clochettes et d’un vaporisateur de gaz poivré pour randonner « au pays des ours ».   

Voyager au Canada à l’ère de la COVID-19 

  • Pour un Canadien, il est pour le moment plus simple de voyager au Canada qu’aux États-Unis. 
  • Pour se rendre en Alberta depuis le Québec, une pièce d’identité et le passeport vaccinal sont suffisants. Aucune preuve de test de COVID-19 n’est demandée, ni à l’aller ni au retour. 
  • En avion, le port du masque est obligatoire pendant toute la durée du vol. 
  • En Alberta, la majorité des restaurants et des lieux touristiques exigent de voir les passeports vaccinaux. Ceux du Québec sont acceptés sans problème.  

Quelques belles randonnées le long de la route

  • Sentier au pied du glacier Athabasca, champ de glace Columbia  
  • Sentier du lac Agnès et de la maison de thé, Lake Louise
  • Sentier des cinq lacs
  • Sentier des chutes de Sunwapta  
  • Sentier du canyon et du lac Maligne