/opinion/columnists
Navigation

Des élections révélatrices

Bloc situation vote élections élection
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Les élections municipales au Québec ont été révélatrices à bien des égards, tant pour le très faible taux de participation que pour la représentation des femmes.

Le taux de participation s’est situé sous la barre des 50 % dans toutes les grandes villes. Deux facteurs contextuels peuvent l’expliquer, selon Valérie-Anne Mahéo-Le Luel, du Groupe de recherche en communication politique à l’Université Laval.  

Il y a la fatigue de l’électeur, puisqu’une élection fédérale venait de se terminer, et la pandémie, qui a pu susciter la crainte chez certains électeurs. 

Ajoutons le manque de connaissances par rapport aux enjeux et candidats, pas aussi visibles ni soutenus par des partis aussi organisés qu’aux autres paliers. 

Pistes de solutions 

À la recherche de solutions, Québec étudiera le vote par Internet pour 2025. « C’est un moyen de faciliter l’accès au vote », susceptible de rejoindre les jeunes réputés plus habiles et friands de technologie, note la professeure et chercheuse. 

Mais pour avoir envie de voter, il faut s’intéresser à la politique et être motivé. Les campagnes d’information, d’éducation et de mobilisation semblent donc incontournables.  

Les jeunes doivent être sensibilisés tôt à l’importance des élections et à la mécanique du vote, par des activités de simulation, par exemple, ajoute Mme Mahéo-Le Luel. 

Peu de femmes 

Concernant le nombre de femmes élues, soulignons que plusieurs dirigent de grandes villes. Comme l’a dit Catherine Fournier, mairesse de Longueuil, à LCN, les femmes comptent pour la moitié de la population et de voir leur nombre augmenter devrait être la normalité. Ces nouveaux modèles féminins pourraient être favorables à cet égard. 

Mais la parité demeure loin. Par exemple, selon des données compilées par le Réseau femmes et politique municipale de la Capitale-Nationale, on compte 38 % de conseillères élues et à peine 14 % de mairesses dans la grande région de Québec. 

Il reste donc encore bien du travail à faire là aussi.