/world/usa
Navigation

Procès du meurtre d'Ahmaud Arbery: la défense s'offusque de la présence de «pasteurs noirs»

US-TRIAL-OF-AHMAUD-ARBERY-KILLERS-CONTINUES-IN-BRUNSWICK,-GEORGI
Getty Images via AFP

Coup d'oeil sur cet article

WASHINGTON | Trois Américains blancs jugés pour le meurtre d'un joggeur noir ont demandé lundi, en vain, l'annulation de leur procès, arguant que la présence de «pasteurs noirs» dans le tribunal risquait d'influencer les jurés. 

• À lire aussi: Racisme et armes à feu au coeur de deux procès tests pour l’Amérique

• À lire aussi: Ahmaud Arbery a été «coincé comme un rat» avant d'être tué, martèle l'accusation

• À lire aussi: Procès du meurtre d'un joggeur noir: un seul Afro-Américain dans le jury

En février 2020, Gregory McMichael, son fils Travis et leur voisin William Bryan ont pourchassé et abattu Ahmaud Arbery, 25 ans, à Brunswick, dans l'État de Géorgie.

Après la diffusion d'une vidéo du drame, le jeune joggeur est devenu un symbole du mouvement antiraciste Black Lives Matter (les vies noires comptent).

 Jugés pour meurtre, les trois hommes plaident non coupables, assurant l'avoir pris pour un cambrioleur et avoir agi en vertu d'une loi locale autorisant de simples citoyens à procéder à des arrestations.

Jeudi dernier, l'avocat de William Bryan avait déjà pris ombrage de la présence du révérend Al Sharpton, une figure de la lutte pour les droits civiques, dans le tribunal. «Nous ne voulons pas que d'autres pasteurs noirs viennent ici», avait lancé Me Kevin Gough.

Le juge Timothy Walmsley avait rétorqué qu'il n'allait pas trier les membres du public. «Ça n'a rien d'illégal», avait ajouté l'avocat du père d'Ahmaud Arbery, Ben Crump, en promettant de «faire venir cent pasteurs noirs pour prier avec la famille».

Lundi, le révérend Jesse Jackson a donc pris place aux côtés des parents du joggeur dans le tribunal. Et quand sa mère a explosé en sanglots, il l'a réconfortée sous les yeux des jurés.

Me Gough est alors revenu à la charge. «Je demande l'annulation du procès» au motif que «l'atmosphère du procès, à l'intérieur et à l'extérieur du tribunal, prive M. Bryan de son droit à un procès équitable», a-t-il lancé.

«Nous avons des icônes des droits civiques assises ici (...) les yeux rivés sur les jurés», a-t-il poursuivi. «Les précédents dans les affaires de gangsters montrent qu'avoir du public dans la salle d'audience peut influencer les jurés.»

«Je ne veux surtout pas suggérer qu'Al Sharpton ou Jesse Jackson appartiennent à un gang», mais «on entend tous ces leaders communautaires répéter qu'ils ont peur de voir la ville brûler» en cas d'acquittement, a encore dit Me Gough.

Sans reprendre ses arguments, les autres avocats de la défense ont également demandé l'annulation du procès, mais le juge Walmsley a rejeté leur requête, laissant entendre que M. Gough avait lui-même provoqué la venue de nouveaux pasteurs.

Le procès très suivi aux États-Unis a repris avec l'audition de témoins. Il devrait encore durer plusieurs jours.