/misc
Navigation

Aujourd’hui, j’aimerais remercier Gaétan Barrette

Aujourd’hui, j’aimerais remercier Gaétan Barrette
Photo Agence QMI, Thierry Laforce

Coup d'oeil sur cet article

Sans surprise, Gaétan Barrette a annoncé qu’il ne serait pas candidat à l’élection de 2022.

Celui qui dit qu’il savait depuis longtemps qu’il ne ferait que deux mandats comme député en a fait l’annonce officielle le 14 novembre dernier, pour éviter d’être le sujet de toutes les conversations au congrès du PLQ, les 26, 27 et 28 novembre prochains.

Les sacrifices qu’on oublie

La politique est un travail ingrat. Impossible d’être élu sans que quelqu’un vous accuse de chercher à vous remplir les poches. Or, pour plusieurs élus présents et passés, faire le saut en politique a représenté un recul sur le plan du prestige et sur le plan financier.

Je fais de l’urticaire chaque fois que j’entends certains imbéciles avancer l’idée que Gaétan Barrette était généreux avec les médecins spécialistes parce qu’il en était un lui-même. La probabilité qu’un spécialiste qui ne pratique plus depuis 8 ans revienne vous traiter est nulle de chez zéro et zéro et vous aussi si vous ne l’avez pas compris.

Les hommages mérités

On connaît la personnalité plus grande que nature du docteur Barrette. Ce n’était donc pas surprenant de l’entendre faire lui-même l’éloge de son bilan comme ministre de la Santé.

C’était nécessaire, car la mémoire est une faculté qui oublie.

Le réflexe de blâmer les gouvernements passés pour les problèmes d’aujourd’hui fait partie intégrante de la joute politique. Pourtant, il serait tellement plus productif de prendre acte des situations et de se concentrer pour les améliorer, ce qu’a fait Gaétan Barrette, avec les bons et les moins bons coups qu’on lui attribue.

Aujourd’hui, j’aimerais remercier Gaétan Barrette et souligner sa contribution à notre société, au sacrifice bien souvent de sa vie privée et, disons-le, de sa dignité.

Chaque élu, qu’on soit ou non d’accord avec lui, consacre une immense partie de sa vie au mieux-être de ses concitoyens.

Notre premier réflexe devrait être de leur dire merci.