/sports/opinion/columnists
Navigation

Quand même l’effort ne suffit pas

Quand même l’effort ne suffit pas
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Mardi soir, face aux Rangers, le Canadien a joué comme il le fait depuis une semaine. Le spectacle n’était pas très joli à regarder, mais l’effort était louable.

Remarquez bien que le Tricolore n’aurait probablement pas été dans le coup sans la belle performance de Cayden Primeau.

Le jeune gardien a permis aux siens de rester dans le match, particulièrement en première période, alors que les Rangers l’ont bombardé de 17 tirs.

Souvent, au cours de cet engagement, le jeu allait trop vite pour le Canadien. Les Rangers attaquaient de tous bords tous côtés. Les joueurs du Tricolore ne savaient pas où donner de la tête.

Ce n’était pas beau à voir.

N’empêche, Kaapo Kaapo a été le seul à tromper la vigilance de Primeau.

Dure soirée pour Suzuki

La deuxième période a commencé sur la même note.

Les Rangers étaient partout dans le territoire montréalais. Puis le Canadien est arrivé de nulle part en créant l’égalité grâce à Christian Dvorak.

Ce but n’a toutefois pas ralenti les ardeurs des Rangers, qui ont repris les devants 28 secondes plus tard.

À partir de ce moment, les élans ont été plus partagés, mais les Rangers ont conservé leur avance.

En début de troisième période, Nick Suzuki s’est fait enlever la rondelle par Julien Gauthier devant son filet.

Bang!

C’était 3 à 1 pour les Rangers.

Suzuki a connu une mauvaise soirée, étant sur la glace pour les trois buts des Rangers. En laissant l’enclave libre, il a aussi été directement responsable du premier but des locaux inscrit par Kakko Kaapo.

Sur le deuxième but des Rangers, il a essuyé une dure mise en échec dans le fond du territoire new-yorkais, ce qui a causé une attaque en surnombre de l’adversaire.

Mauvaise pénalité de Gallagher

Le Canadien n’a pas baissé les bras après le but de Gauthier. Josh Anderson a réduit l’écart à un but, mais encore une fois, l’attaque a été incapable d’en faire plus.

Par contre, Brendan Gallagher n’a pas aidé la cause des siens en tombant dans le piège de Barclay Goodrow, qui l’agaçait verbalement et physiquement lors d’une mise en jeu en zone neutre avec moins d’une trentaine de secondes à écouler en troisième période.

Gallagher a répliqué à Goodrow en lui flanquant son poing sur la gueule, ce qui lui a valu une pénalité mineure pour rudesse et une autre pour mauvaise conduite.

C’était la fin des émissions.

Le Canadien a terminé la rencontre avec cinq patineurs au lieu de six.

Rien pour aider!

Dominique Ducharme a épargné son vétéran après le match, mais il n’était sûrement pas heureux de sa conduite.

Et ça rempironne!

On aura beau dire, à la fin, que le Tricolore a montré de la résilience, que Cayden Primeau a fait du bon travail, cette défaite était sa 12e en temps réglementaire en 18 matchs.

L’équipe revient en ville avec une récolte d’un point sur une possibilité de six. Elle ne totalise que quatre petites victoires depuis le début de la saison.

Dix points sur une possibilité de 36, ça donne une moyenne d’efficacité de ,278.

Seuls les Coyotes de l’Arizona font pire avec une moyenne de ,156, eux qui sont allés surprendre les Blues à St. Louis mardi soir.

Que peut-on ajouter à tout ce qui s’est dit depuis le début de la saison?

Pas grand-chose, sinon que ça ne pourra pas continuer comme ça toute la saison.

Non?