/news/currentevents
Navigation

Un 3e adolescent tué cette année à Montréal

Coup d'oeil sur cet article

La mort violente d’un troisième adolescent à Montréal depuis le début de l’année a ravivé de douloureux souvenirs chez deux familles qui ont elles aussi perdu leur enfant froidement assassiné en 2021.

• À lire aussi: Adolescent sans histoire tué: incompréhension chez les proches d’un ado apprécié

• À lire aussi: Un ado sans histoires tué en pleine rue dans le quartier Saint-Michel

« J’ai les larmes aux yeux. Mon corps brûle de l’intérieur. J’ai de la peine pour ce jeune... et pour sa famille », a confié au Journal Samir Bouchoul, en apprenant le meurtre de Thomas Trudel, un jeune de 16 ans sans histoire.

Sa belle-sœur, Meriem Boundaoui, âgée de 15 ans, a été la première adolescente à mourir sous les balles en 2021 lors d’une fusillade dans l’arrondissement Saint-Léonard, en février. Le meurtre de la jeune Algérienne avait fait les manchettes partout au Québec, mais aussi en Afrique du Nord, où habitent toujours ses parents. 

L’histoire s’est répétée en octobre dernier. Jannai Dopwell-Bailey, 16 ans, a succombé à ses blessures après une agression au couteau dans l’arrondissement Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce.      

  • Écoutez l'entrevue de Geneviève Pettersen avec la criminologue Maria Mourani sur QUB radio:    

La vie devant eux 

« C’est vraiment triste de voir qu’on a enlevé la vie à des jeunes qui avaient tout devant eux. On habite dans un beau pays, ça ne devrait pas arriver ici. Il est temps que Montréal fasse quelque chose pour que ça s’arrête. Je savais qu’on tuait des adultes, mais pas des enfants », a tonné Bernard Bailey, le père de Jannai. 

M. Bailey avoue qu’il craint désormais de sortir le soir et qu’il demeure vigilant en tout temps.      

  • Écoutez l'entrevue de Benoit Dutrizac avec Guy Ryan, inspecteur à la retraite du SPVM, sur QUB radio:    

« Mon fils a été tué à son retour de l’école. [...] Il était innocent. Personne ne sait pourquoi ils l’ont attaqué. On cherche encore un des suspects. Notre vie est bouleversée à jamais », a-t-il laissé tomber. 

Ces trois meurtres gratuits montrent à quel point il est devenu facile pour des jeunes sans passé criminel de se procurer des armes à feu, selon la criminologue Maria Mourani. 

« On était habitué que cette accessibilité aux armes soit liée aux groupes criminels, aux motards et à la mafia. Malheureusement, on voit maintenant des jeunes, même pas fichés par la police, qui ont des guns », s’est-elle alarmée. 

Ceux-ci peuvent facilement commander sur internet des armes imprimées en 3D ou même s’en faire livrer en pièces détachées pour à peine quelques centaines de dollars, a-t-elle expliqué.

« Quelles sont les méthodes d’entrée de ces armes ? Pourquoi les services postaux ne les [interceptent] pas ? Il y a une faille quelque part dans notre système de sécurité publique. C’est un problème à régler », a insisté la présidente de Mourani-Criminologie. 

Victimes de meurtres gratuits en 2021 

Meriem Boundaoui, 15 ans

Photo d'archives
  • Tuée par balle le 7 février 2021   

Meriem Boundaoui a été abattue d’une balle en pleine tête dans l’arrondissement de Saint-Léonard. 

Photo d'archives

L’adolescente se trouvait dans une voiture grise en compagnie d’un homme lorsque des suspects masqués à bord d’un autre véhicule se seraient approchés d’eux et auraient ouvert le feu. 


Jannai Dopwell-Bailey, 16 ans

Photo d'archives, Agence QMI
  • Poignardé le 18 octobre 2021   

Jannai Dopwell-Bailey a été poignardé à mort un lundi après-midi, alors qu’il revenait de l’école dans le quartier Côte-des-Neiges. Le meurtre est survenu après qu’une bagarre eut éclaté entre plusieurs ados sur l’avenue Van Horne.


Thomas Trudel 16 ans 

Photo courtoisie
  • Tué par balles le 14 novembre 2021   

Vers 21 h, l’adolescent marchait pour revenir à son domicile après une soirée au parc entre amis, lorsqu’un individu s’est approché de lui. Il y a eu un bref échange verbal entre les deux et au moins un coup de feu a été tiré vers lui. Il s’est effondré sur le trottoir du quartier Saint-Michel, où il a rendu son dernier souffle.

À VOIR AUSSI