/finance/business
Navigation

Aînés et fiscalité, la solution au problème de pénurie de main-d’œuvre?

Coup d'oeil sur cet article

À une semaine du «mini-budget» du ministre des Finances Eric Girard, le Conseil du Patronat du Québec (CPQ) espère que le gouvernement agira rapidement pour contrer la pénurie de main-d’œuvre.

• À lire aussi: Mise à jour économique: l’IDQ présente un plan pour contrer la rareté de la main-d’œuvre

• À lire aussi: Comment attirer des employés en restauration?

En entrevue à TVA Nouvelles, le président du CPQ, Karl Blackburn, a affirmé que la solution à cette problématique passait par la fiscalité.

Selon lui, des mesures doivent être mises en place pour réduire le fardeau fiscal des travailleurs qui font des heures supplémentaires et des employés de 60 ans et plus qui retardent leur retraite ou en sortent pour retourner au boulot.

«Ce sont des mesures qui viennent, d’une certaine façon, rendre disponible la possibilité de travailler plus longtemps ou de faire plus d’heures sans nécessairement avoir de pénalités au niveau de la fiscalité pour les travailleurs», explique Karl Blackburn.

Aînés et heures supplémentaires

Ce dernier souligne qu’actuellement, de nombreux travailleurs doivent faire plus d’heures pour combler le manque de main-d’œuvre. Une mesure fiscale pour leur laisser plus d’argent dans les poches serait une façon de les récompenser, estime M. Blackburn.

Il souhaite aussi qu’on permette à des personnes de 60 ans et plus de rehausser leur revenu sans qu’ils soient pénalisés par rapport à leur retraite. Une telle mesure donnerait un sérieux de coup de pouce à plusieurs entreprises, estime le président du Conseil du Patronat du Québec.

«Si on avait le même taux d’emploi des personnes de 60 à 69 ans que l’Ontario, on parle potentiellement de 75 000 travailleurs qui rapidement pourraient être disponibles ou rester sur le marché du travail», affirme-t-il.

Par ailleurs, Karl Blackburn juge que le premier ministre François Legault banalise la pénurie de main-d’œuvre. 

Le président du CPQ martèle que cette problématique a des conséquences économiques extrêmement importantes sur la prospérité commune, mais également sur des investissements et des contrats qui ne sont pas réalisés

«Il faut être capable d’utiliser l’ensemble des mesures permettant de pallier cette pénurie à court, moyen et long terme. On en a encore au moins pour dix ans. »

Pour voir l’entrevue complète, visionnez la vidéo ci-haut.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.